Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

xavières de vanves

  • DES XAVIERES CENTENAIRES A VANVES : CENT ANS DE PASSIONS DU CHRIST ET DU MONDE

    «Aller à la rencontre de ceux qui ne connaissent pas l’église» est la mission des xavières qui se sont adaptés à la vie du monde. Elles célèbrent actuellement le centenaire de leur fondation, auxquels participent les douze Xavières de Vanves (sur la photo)

    Cette communauté a été créé à Marseille le 4 février 1921 par Claire Monestier qui a fait vœu de pauvreté, chasteté et d’abandon au bon plaisir de Dieu dans la chapelle des soeursdu cénacle à Marseille, rejointe par Léoinie Fabre qui ont  prononcé les trois vœux religieux devant le pére Eymieu  Deux autres jeunes femmes les rejoignent le 23 Septembre, dans cet immeuble de la rue de Breteuil qui deviendra un véritable ruche bourdonnant de propositions diverses, avec une formation des jeunes xavières. Elles ont commencée à participer aux Missions de Midi dont l’objectif était d’attirer de jeunes ouvrières et employés,  et l’aide aux russes et aux arméniens, victimes les uns de la révolution bolchévique, les autres du génocide turc, et ont continué avec des retraites spirituelles, le scoutisme féminin… étendant leurs activités dans d’autres bâtiments : la formation des jeunes xavières au Prado, les retraites et la priére à la Pourrasque en Provence. Cette communauté s’est étoffée au fil de ses années fondatrices. Au point que d’autres fondation se sont profilés à Lyon, et à Paris où elle s’installe en 1935 à côté de la paroisse Saint Médard, dans une maison qui deviendra un foyer d’étudiantes, pour répondre à la demande de participer à l’animation du patronage Jeanne D’Arc, puis collaborer à l’UFCS (Union féminine Civique et Sociale)

    Le décés de leur fondatrice à la veille de la seconde guerre mondiale, les xavières se trouvent confronté à une grave crise, plusieurs d’entre elles quittant le navire, n’en restant que cinq qui tiendront envers et contre tout, en faisant confiance à l’esprit qui a conduit Claire, suscitant l’arrivée de nouvelle xavières à parir de 1943. Grâce à Anne-Marie Revertégat qui a été en 1939 première supérieure générale qui va assurer la cohésion du petit groupe , avec audace et témérité jusqu’en 1957. Confrontés à des conditions très précaires, certaines cherchèrent et trouvèrent un emploi salarié, trouvant là,  un mode de présence missionnaire dont elles ont découvert la fécondité :  vivre la vie avec ceux auxquelles elles souhaitent annoncer l’Evangile, faire le lien entre leurs collègues et l’Eglise». Elles trouvent des emplois dans un ministére (rédactrice) à l’éducation nationale (professeur d’enseignement ménager)… Elles lancent des cours de bible au noviciat en 1950, débutent les premières colonies de vacances à la Pourrasque  

    Le concile Vatican II a marqué profondément les xavières qui deviendra un véritable ruche bourdonnant de propositions diverses, avec une formation des jeunes xavières. Elles trouvent beaucoup d’intuitions qu’elles portent depuis leur origine, avec ses encycliques sur la question sociale (Master et Magistra) et la paix dans le monde ( Pecel in Terris). Pendant ce temps là, cette communauté s‘agrandit lentement avec de nouvelles communautés à Saint Etienne, au Plessis Robinson. Elles ont été reconnue en 1963 par l’église, considérée comme institut religieuse du droit diocésien. Elles répondent à l’appel fait aux instituts religieux de réécrire leur constitution en revenant à la source de leur fondation, souhaitant prendre en compte les évolutions du monde afin de mieux lui annoncer l’évangile. En 1975, la fondation compte 62 xavières, avec de nouvelles communautés à Saint Etienne, et avec une insertion en Afrique en côte d’ivoire, qui s’acroitra au fil des années, se développant de façon lente et régulière sans rupture de génération pour atteindre 97 membres en 1981. A Paris, elles remplaceront les dames du Calvaire à la Maison Médical Jeanne Garnier en 1988 à la demande de Mgr Lustiger. Inévitablement, une question s’est posée par ce développement tant physique en France ( Toulouse, Créteil, Sophia Antoplis, La Rochelle)  à l’étranger (Montréal au Québec)  et professionnelle,  sur  l’équilibre entre l’engagement dans le travail, la vie communautaire et la vie de priére  qui suscitera beaucoup  réflexions jusqu’à la fin du XXe siécle, pendant ce temps de croissance

    Au fil des premières années du XXI siécle, c’est le développement en région, puis en Afrique, en Europ, au Canada, suscitant une diversité très riche et bien sûr des réflexions pour accroitre leur unité dans la communion. En  2010,  elles sont reconnues congrégation de droit pontifical. Entretemps, elles avaient essaimée en Afrique (Nord Côte d’Ivoire, Cameroun, Tchad), en Europe, (Hambourg) et au canada, avec beaucoup d’évolutions dans l’implantation métropolitaine avec une question qui apparaitra sur la place des ainés dans la congrégation dont le nombre correspond au baby bom d’après guerre et du «bien vieillir ». D’ailleurs, lorsde l’un de leur dernier chaître annuel, elles s’étaient données trois attitudes pour continuer cettte ouverture au monde : «Vivre l’hospitalité », « Prendre soin », et « consoler »  qui prennent un relief extraordinaire «pour vivre l’époque de crise sanitaire du Covid-19  et ses conséquences tant sur les personnes  afin de ne pas nous laisser prendre par la lassitude et la morosité » mais allerde l’avant avec le souci des autres ». Elles sont 110 en France dont une douzaine à Vanves».

  • DES XAVIERES CENTENAIRES A VANVES : LE CONFINEMENT A RENFORCE LEUR COMMUNAUTE

    Deux communautés religieuses différentes mais qui partagent un ensemble de bâtiments constituant l’ensemble du prieuré Saint Bathilde, célèbrent en cette année, le centenaire de leur création. Si ce sera en Novembre pour les sœurs bénédictines, c’est en ce moment, entre Février et Juin pour les xaviéres.  « Aller à la rencontre de ceux qui ne connaissent pas l’église » est la mission des xavières qui se sont adaptés à la vie du monde.  Elles sont 110 en France dont une douzaine à Vanves.

    Les xaviére se sont arrivées à Vanves en Septembre 2002, venant de Meudon où elles vivaient dans un pavillon, appartenant aux Jésuites. Elles se sont installées dans ce bâtiment qui appartient aux sœurs bénédictines qui accueillait auparavant leur hôtellerie, et qui donne sur leur magnifique parc intérieur dont elles profitent. Agées de 25 à 90 ans, elles rassemblent à côté des 7 à 8 Xavières dites engagées, 4 noviciats en cours de formation, 2 en première année et 2 en seconde année, dont une étudiante en théologie, une autre en formation médicale. Ainsi cette formation se référant à Saint Ignace, dure deux ans, gérée par l’une des Xavière engagée, responsable du Noviciat. Parmi ses douze xavières,  une tchadienne, une canadienne (de Toronto) et une ivoirienne

    Les xavières engagés se partage en deux groupes : les retraités, comme sœur Mireille bien connue qui visite chaque jour une personne isolée, ou une autre qui est professeur de bible au séminaire, animant chacune un groupe de réflexion spirituel avec des laics… Les sœurs en activités interviennent dans des domaines très variés :  Une d’entre elle est médecin à la Maison Médicale Jean Garnier, spécialise dans les soins palliatifs, dans le XVe arrondissement, une autre est professeur d’école et musicienne, sœur Agnés qui anime certaines messes à Saint Remy etc… «Par la vie que nous menons, nous allons au devant des gens, en exerçant un métier, en rencontrant les gens qui habitent autour de nous. On n’habite pas dans un couvent, mais dans une demeure ou un appartement » explique sœur Joêlle qui est responsable de cette communauté.

    Cette diversité d’activité ne les empêche pas de vivre en communauté d’échanges et de prières : Ainsi elles se retrouvent tous les matins à 7H45 et tous les soirs à 19H45 pour les offices dans une pièce du 1er étage où a été aménagée une chapelle. «Dans un rythme trépidant, elle nous permet de nous retrouver ensemble autour de ce qui nous rassemble :la louange. Elle nous met en communion avec l’ensemble de l’Eglise » explique Sœur Mireille (sur la photo).  «Comme nous sommes dispersées, un week-end communautaire pour échanger, prier et jouer a lieu réguliérement » dans la grande salle communautaire à côté de la salle à manger et de la cuisine au rez-de-chaussée.

    Mais voilà depuis un an, la crise sanitaire a tout perturbée, avec ses confinements successifs, ses couvre-feu : «On l’a accueilli. Il a fallu nous adapter, mettre en place des règles pour respecter les gestes barrières, le protocole sanitaire, avec gel et masques. Alors que nous prenions les repas tous ensemble, on s’est séparé en deux groupe  l’un dans la salle communautaire, l’autre dans la salle à manger, et nous avons organisé un déjeuner self-services ur plateau.. Comme il fallait trouver un peu de souplesse, les bénédictines nous ont permis de profiter de leur jardin pour nous y promener et prendre l’air » témoigne soeur Joelle. Trois d’entre elles ont se confinés dans leur chambre, contaminées mais pas malade, par sécurité pour la communauté.  «Nous avons retrouvé une vie communautaire plus forte, le confinement facilitant une prière plus intense. Nous avons beaucoup aidé celles qui avaient des difficultés à vivre ce confinement. Nous avons beaucoup utilisé le téléphone, Internet, avec Zoom etc…n’étant pas coupé du monde extérieur»

    A suivre...

  • LES RENDEZ VOUS DE VANVES D’UNE SEMAINE DE REPRISE ET TRES SPIRITUELLE

    Manifestement, c’est le spirituel qui a été la dominante de la semaine passée avec l’élection du nouveau pape François 1er et qui devrait continuer à l’être jusqu’à Pâques dans 15 jours avec différents rendez-vous  proposés ces prochains jours par les communautés paroissiales et religieuses de Vanves dans le cadre du Carême,  avec le Dimanche des Rameaux, le 24 Mars prochain,  qui voit généralement une sur-fréquentation de nos églises. Un dimanche qui sera marqué par une nouvelle manifestation contre le projet de loi Mariage Pour Tous pour laquelle des jeunes distribuaient des tracts samedi matin au marché de Vanves.

     

    Et pendant ce temps là, nos élus ont à faire face à de sacrés problèmes de sécurité à cause de quelques jeunes venus de Vanves et d’ailleurs, du côté de la rue de Châtillon et sur le Plateau. « On se croirait revenu dix ans en arrière » constatait un vanvéen ce week-end après avoir fait le tour des points chauds de Vanves. A cette époque, une association avait été créée par des vanvéens excédés par ces jeunes qui faisaient la loi dans les halls d’immeubles. 10 ans après, d’autres mettent le feu aux pubelles, dans les caves, aux voitures et aux deux roues sur les parkings. Le Commissariat de  police comme la mairie peuvent se gargariser des derniers résultats de la délinquance sur Vanves,  sûrement en baisse, mais ce n’est pas cela qui est important.  C’est plutôt le ressenti des habitants en matière de sécurité qui ne va pas être génial avec les derniers événements. Comme pour la météo maintenant qui vous donne les températures prévues, et le ressenti qui généralement s’aggrave à cause du vent venu du Nord, ou des exactions perpétrés par des individus qui ne tombent pas sous le coup de la loi. Et c’est bien là, le problème.  

     

    Mais la vie continue, la vie est belle, Vanves va recevoir l’architecte Ferrier pour parler de la ville de demain,  et des gares du futur Grand Paris Express. Les anciens combattants de la FNACA vont célébrer leur 19 Mars, le baume au cœur depuis que le gouvernement a décidé d’en faire la date officiel du cessez le feu de la fin de la guerre d’Algérie, mais sans l’UNC qui est la principale association d’Anciens Combattants de France. Le festival Artdanthé reprend avec une carte blanche à Hubert Colas qui va parler de la guerre, de la Légion étrangére, des terroristes… tout à fait d’actualité avec le Mali, l’anniversaire (malheureux et triste) des victimes de ce tueur de Toulouse célébré hier par la République… Et puis toujours cette petite lumière de l’espoir qui rend optimiste : Ce sera la fête nationale de la petite enfance Jeudi célébré dans tous les créches et halte garderie de Vanves.

     

    Lundi 18 Mars

    A  20H15 au Prieuré Saint Bathilde : Temps de prière proposé par les sœurs bénédictines  consacré aux Vigiles de Saint Joseph

    Mardi 19 mars 2013

    A 11h15 à la stéle des anciens combattants d’Afrique de Nord au Carrefour du 19 Mars :  40ème anniversaire du cessez-le-feu de la guerre d'Algérie à la Stèle

    A 18h30 à l’Hôtel de ville : Cérémonie de remise des cartes électorales

    A 20h30 à la Palestre : Conférence publique sur la ville du futur avec Jacques Ferrier qui est le designer des futures gares du Grand Paris Express, après avoir été l’auteur de multiples réalisations dont le pavillon France de l’exposition universelle de Shanghaï et du siége social d’Hachette Livre rue J.Bleuzen. Il présentera sûremment son nouveau concept de gratte ciel Hypegreen, très écolo, HQE, avec jardins suspendus, éolienne, et de sa réflexion menée sur les gares du Grand Paris Express dont celle de Vanves-clos Montholon/Fort d’Issy/Clamart: « Nous choisissons de mettre l’accent sur la dimension sensuelle des gares du Grand Paris : leur aura, l’émotion qu’elles suscitent, l’empreinte qu’elles laissent dans l’esprit, le récit qu’elles racontent » expliquait il lors du concours lancé par la Société du Grand Paris

    A 20H30 à l ’église Saint Remy : Concert spirituel dans le temps du Carême du Chœur d'Hommes de Paris, dirigé par François Polgar. Au programme : œuvres de Victoria, Kedroff, Gounod, Wesley, Poulenc...

    A 21H au Théâtre (festival Artdanthé) : Carte blanche à Hubert Colas qui est auteur, metteur en scéne et scénographe. Il célèbre l’écriture théâtrale dans toute sa diversité, mais c’est le temps de la représentation qui est au cœur de ses préoccupations. Il présente trois spectacles.  Ce soir : « Kolik »  texte tiré du tryptique «Guerre » de Rainald Doetz, auteur allemand dont le premier volet se consacre à la guerre dans la société contemporaine et le second sonde le conflit dans la sphére familiale. « Comme une nécessité absolu, Kolik met en scéne l’individu face à lui-même au moment de sa mort » 

    Mercredi 20 Mars (et le 21)

    A 19H30 à Panopée (Festival Artdanthé) : Carte blanche à Hubert Colas avec deux œuvres : « Képi blanc » de Sonia Chambretto. « Composée comme une partition sonore, « Mon Képi Blanc » est écrit à partir d’entretiens, de conversations enregistrées avec des Képis Blancs de la Maison mère de la Légion étrangère à Aubagne. La pièce s’attache plus particulièrement à la Musique de la Légion qui réunit dans ses chants, des hommes venus de toute l’Europe  et raconte les colonies ». Et « Gratte ciel » qui est une lecture de Sonia Chiambretto. « A partir de conversation via Skype avec de jeunes algérois en Algérie, au Canada, aux Etats Unis, en France, elle travaille à un texte – document poétique – séquencé en dix parties. L’écriture mixte de création, témoignages, documents d’archives, croquis, notes, plans, prélevements sur Internet et traitement de l’information récente  pour donner un récit où l’on entend des paroles de jeunes gens, étudiants, terroristes, repentis, militaires, policiers kamikazes, et qui laissent apparaître des personnages, des lieux, des événements, une langue » 

    Jeudi 21 Mars :

    Dans les créches de Vanves : Fête de la Petite Enfance : « Tout au long de la journée, chaque employé portera un tee-shirt bien identifié et distribuera à chaque famille des autocollants informatifs. Les enfants seront également mis à contribution puisqu’ils apprendront une comptine écrite pour l’occasion. Enfin de journée, un moment d'échange et d'accueil permettra aux parents d’échanger avec les professionnels de la crèche ».

    A 20H15 au Prieuré Sainte Bathilde : Veillée à deux voix avec le CCFD : « Avec le christ servons nos fréres »

    Vendredi 22 Mars

    A 19H à la Librairie Saint Anselme  des Bénédictines à Vanves : dédicace par le pére Arnaud de son livre : « Arnaud, premier curé noir de Paris »

    A 20H à la Communauté des Xavières de la rue d’Issy : Carême spirituel, temps de jeûne (bol de soupe) et de ptrière autour de la Parole de Dieu

    A 20H30 à Saint François (à 10H à Saint Remy) : Rencontre de l’année de la Foi sur le théme « le mal, la souffrance, le péché » aimé par Nicole Caré

    Samedi 23 Mars 2013

    A 15H au PMS A.Roche : Match de football Expograph Vanves – Plaisance T.Transsud dans le cadre du championnat d’entreprise

    A 20H au gymnase A.Roche : Match de basket Vanves-Aviators GPSO – Jalt Le Mans

    A 20H à Meudon la Forêt au gymnase Marcel Bec : Match de Hand Vanves / Beauvais

    Dimanche 24 Mars 2013

    A 9H à la piscine municipale : « Nager contre le cancer » organisé pour la 27éme fois consécutive par le Comité 92 de la Ligue contre le Cancer

    A 15H au PMS A.Roche : Match de foot Vanves –Ararat Issy 2

    A 16H à l’église Saint Remy : « Le violoncelle à travers les âges » organisé par l’association Le Renouveau des Orgues de Saint Remy avec Martin Barral, Cécile Lacharme, Tokiko Hosotya et Aloys Guitton qui interprêteront des œuvres dde Vivaldi, Händel et Chopin.