Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

minute de silence

  • EDITION SPECIALE : EMOTION INTENSE A VANVES APRES L’ATTENTAT DE NICE ET LA DISPARITION DE GERARD CLERIN

    La ville de Vanves déjà sonné par l’attentat de Nice – beaucoup de parents ont passé une mauvaise nuit si ce n’est blanche le soir du 14 Juillet sachant leurs enfants ou des proches au feu d’artifice de la tour Eiffel  – s’est réveillée groggy ce matin en apprenant le décès de Gérard Clérin, l’homme qui a façonné pendant plus de quarante ans le paysage sportif de Vanves à la tête du service des sports sur lequel le Blog revient avec son portrait réalisé en 2011 et actualisé.

    Cette minute de silence sur le parvis de l’hôtel de ville en hommage aux victimes de l’attentat de Nice a été digne, intense après quelques mots du maire, entouré par quelques élus, à midi pile. Elle s’est terminée par la Marseille et le dépôt d’un bouquet de fleurs par Jean Marc Yoube avec le maire.  

  • LENDEMAIN D’ATTENTATS A VANVES : Minute de silence, campagne suspendue mais pas les polémiques

    Bernard Gauducheau est arrivé juste à temps pour présider la minute de silence à midi sur le perron de l’hôtel de ville de Vanves lundi dernier, entouré de quelques maires adjoints et d’une bonne partie du personnel communal qui avaient pu se libérer pour se regrouper sur le parvis. Il arrivait du Conseil régional (sur la photo lors d'une aparté avec JP Huchon, Chantal Jouanno, Geoffroy Didier et Laurent Lafon dans l'hémicycle) où une séance exceptionnelle s’était déroulée, en dehors du temps politique et celui suspendu de la campagne électorale,  pour rendre hommage  aux victimes de «événement tragique, brutal, inadmissible, sans distinction de parti ou d’organisation ». Michelet, Le LEP Dardenne, le collège St Ex et les écoles vanvéennes avaient ré-ouvertes où cette minute de silence a été respectée, peut être plus qu’au lendemain de Charlie Hebdo et de l’hyper Casher. Tout simplement parce que ce n’étaient pas des journalistes ou une communauté religieuse qui étaient visé, mais « nos jeunes concitoyens,  » comme l’ont si bien exprimé certains présidents de groupe politiques  et « cette ville de Paris si belle et si ouverte », avec justement ses quatiers où cette jeunesse parisienne et francilienne  se retrouvent  pour « se distraire, manger en famille ou entre amis, écouter de la musique, regarder, regarder un match de foot, se promener »… » parce qu’elle « incarne tout ce que ces fanatiques religieux exècrent ». 

    D’ailleurs, comme beaucoup l’avaient remarqué dés Samedi matin, les jeunes vanvéens qui ont l’habitude d’aller passer leurs soirées à Paris, avaient pris un air grave et sombre, peu causant. D’autant plus chez ceux qui n’étaient pas loin ou qui ont perdu un ami ou une connaissance. Le fait d’avoir laissé ouvert le PMS André Roche pendant ce week-end,  contrairement au parc F.Pic, a permis à beaucoup de jeunes de faire baisser la pression ou la tension en allant courir sur la piste d’athlétisme, faire un tennis sur les courts, jouer au ballon sur la pelouse synthétique du terrain J.Saccard,  et à beaucoup de familles de sortir les enfants alors que le temps clément s’y prêtait bien. Même si cela ne faisait pas plaisir à certains gardiens, dont un très zélé, a mis tout le monde à la porte à 17H30 samedi après midi, parce qu’ils étaient les seuls communaux à travailler. « Il faut montrer que la vie continue, pas se planquer, ne pas tout arrêter ou sinon c’est leur donner raison » revenait souvent dans les propos de plusieurs vanvéens. « On est certes en guerre !  Mais on peut vivre en guerre ! » ajoutait le préfet de région, Jean François Carenco, hier en invitant tous les franciliens « ne pas céder à la panique ».

    L’ambiance lundi matin, sur la ligne 13, n’était pas la même qu’à l’habitude au départ du Plateau de Vanves-Malakoff, avec beaucoup moins de monde à l’heure de pointe, des visages graves, un certain silence qui a été remarqué le plus souvent dans les gares parisiennes et leurs galeries marchandes. Si Bernard Gauducheau a participé à l’hommage du Conseil régional le matin, Isabelle Debré, Vice Président,  a assisté au Congrés à Versailles l’après midi pour écouter le discours de François Hollande. Un événement couvert par le journaliste Vanvéen de Paris Match, Bruno Jeudy. Et le lendemain, elle était bien sûr au Sénat pour assister en fin d’après midi à une séance de questions orales en présence du Premier ministre et des membres du gouvernement sur les attentats et ses conséquences. Mais contrairement aux lendemains des événements du 11 Janvier, la politique et le arrières pensées électorales ont repris le dessus comme ce fut le cas au Conseil Régional notamment sur le thème de la sécurité dans les transports qui a fait l’object d’une réunion exceptionnel du STIF hier matin, mais aussi des lycées.

    « On ne peut pas rester sans mesures concrètes au niveau des transports et des lycées » demandait Laurent Lafon président du groupe UDI où siège le maire de Vanves. Valérie Pécresse (LR) s’est faite plus précise en reprenant certains éléments de son programme : «La Région doit participer à un déploiement de la sécurité sur les territoires… en votant un fonds pour participer à l’équipement en  portiers électroniques des lycées avant Noël, en réactivant la convention avec le ministère de l’intérieur pour aider à s’équiper la gendarmerie et les forces de la police nationale, en répondant aux demandes de la RATP et de la SNCF déjà formulées au moment de Charlie Hebdo» a-t-elle expliquée. « On doit prendre des décisions pour assurer la sécurité dans les transports et les lycées. Si l’on doit renforcer la présence humaine, n’hésitons pas à recruter » a demandé Pierre Laurent (FG/PC) tout comme Guillaume Vuilletet (UDE). Muriel Genoux (PRG) a  carrément demandé de fermer les lieux de culte où se développe le radicalisme.

    Jean Paul Huchon (PS) a invité ses collègues à ne pas  se prêter au jeu de la surenchère dans les propositions plus ou moins fantaisistes, comme les portiques électroniques qui freineraient la fluidité de la circulation des voyageurs dans des gares hyper fréquentés selon les spécialistes. Mais à peine avait il terminé qu'une autre polémique se développait sur le fait que l'un des terroristes était conducteur de bus à la  RATP.

  • VANVES PAR LE PETIT BOUT DE LA LORGNETTE

    REFUS : Vanves comme les Hauts de Seine n’ont pas connu, ni vécu d’incidents particuliers au lendemain de l’attentat du 7 Janvier à Charlie Hebdo lors de la minute de silence organisé dans l’ensemble des établissements scolaires. Un moment très émouvant . Ils se sont comportés avec beaucoup de dignité. Je les ai trouvé remarquable individuellement et collectivement » constatait dans ce ce blog le proviseur du lycée Michelet. « Il n’y a pas eu beaucoup d’incidents, seulement une vingtaine, notamment à Gennevilliers » constatait la semaine dernière le Préfet des Hauts de seine devant quelques journalistes. Et pourtant à Vanves, le directeur de l’école élémentaire Max Fourestier en accord avec le responsable du centre de loisirs de son école élémetaire, aurait refusé d’observer la minute de silence, contrairement à l’ensemble de ses collègues des autres écoles vanvéennes, selon une rumeur de plus en plus insistante.

    TROPHEE DU BICENTENAIRE  : La 18 édition du trophée du Bicentenaire s’est déroulé ce week-end et a rassemblé plus d’une soixantaine de passionnés des jeux de stratégies, dont 2 belges, 4 finlandais, 1 luxembourgeois. Elle est  organisée par Frédéric Bey, passionné par les batailles napoléoniennes, féru de jeux de guerres et de stratégies. Pour cet avant dernier rendez-vous, puisque le trophée du bicentenaire est décalé d’un an,  le théme en était la campagne de France menée durant la semaine de gloire en Février 1814 où Napoléon a remporté 4 victoires en 6 jours. Deux d’entre elles étaient le théme de ce week-end : Vauchamps et Montmirail à raison de 6 parties de 2H chacune. Tous ces passionnés vous expliquent qu’ils sont tombés là dedans après avoir joué aux  petits soldats lorsqu’ils étaient enfants, comme Jean Luc le vainqueur de la 17éme édiion en 2014. « J’ai commencé par les jeux de rôles entre 14 et 18 ans, puis les jeux d’histoire, et je participe aux Trophées depuis 14 ans ». Laurent a retrouvé un ami perdu de vu depuis 20 ans « qui m’avait donné son premier jeu de War Games. J’ai participé aux Championnats de France de War Games. Et lorsqu’ils ont été abandonnés, Frédéric Bey lançait son trophée du Bicentenaire auquel je me suis tout de suite, intéressé » raconte Patrick. « C’est mon professeur d’histoire qui nous a inculqué cette passion en nous expliquant dans le détail la stratégie de Napoléon » ajoute Laurent qui vient depuis le début. Un vanvéen a commencé à l’âge de 11 ans lorsqu’il était collégien à Michelet qui est aujourd’hui à la 16éme place du classement général  qui cumule les résultats de toutes les trophées auxquels ses passionnés ont participé : Remi Carton en est à son 12éme en ayant été 2 fois classé « le  meilleur jeune » du trophée et une fois battu un vainqueur : « C’est Fred qui m’a fait connaitre les jeux de stratégie et incité à participer à ce trophée. Et j’aime l’histoire militaire et les jeux » confiait il hier en fin d’après midi lors de la remise des prix en présence d’André Santini, Bernard Gauducheau et Isabelle Debré.  Avec Frédéric Bey, ils tiendront le serment fait lorsque ce trophée a été lancé en 1996  d’aller jusqu’au bout, c'est-à-dire la bataille Waterloo en 2016. D’ailleurs Frédéric Bey devrait assister le 18 Juin prochain à sa reconstitution sur les lieux même de cette bataille.

    BANQUET DES SENIORS : Changemennt de décor pour le banquet des Seniors qui s’est déroulé hier, non pas au Pavillon Dauphine depuis que son patron a changé, mais aux Esselières à Villejuif dans un restaurant très désign, «  style Beaubourg », les 850 vanvéens étant rassemblés dans une très grande salle au lieu de trois. Ce banquet a commencé par un apéritif avec de petits fours chauds qui ont été très apprécié, puis au menu, foie gras, pintade en sauce avec pavé de gratin dauphinois, 3 fromages et 3 petits gâteaux… Autre changement : Pas de disc jokey, mais un véritable orchestre avec sa chanteuse e ses deux danseuses style Lido qui ont été très apprécié. Même la doyenne Marie Thérése Duchemin, 98 ans, a dansée avec le maire Bernard Gauducheau , après la remise d’ungrand bouquet. Un maire qui a fait un discours très court, entouré par Isabelle Debré, Françoise Djian, Xavière Martin, Patrica Kaazan, maires adjoints avec Guy Janvier, Jean Cyril Le Goff et Gabriel Attal. Occasion d’insister sur la convivialité et la solidarité en ces temps difficiles. Beaucoup de convives, inquierts au départ par ce changement, sont repartis enchantés, à entendre les commentaires.    

    EXPOGRAH VANVES : « Une défaite,totalement justifiée,sur un terrain difficile, un second du championnat complètement dépassé, face au dernier, qui a joué en leader avec l'envie, l'agressivité dans le bon sens du terme. A l'arrivée, 2/1 pour l'hôpital Raymond Poincare, une victoire qui envoie l'As Expograph, à l'hôpital …Poincaré, bien sur, pour panser ses plaies, pendant une semaine, avant d'aller affronter le grand RCPH Le Havre samedi prochain, en championnat de France » commente Jean Royer après ce match de samedi sur le terrain vanvéen. « Nous savons tous que, d'une semaine à l''autre, le football n'est pas une science exacte, alors pensons nos plaies, en suivant l'exemple de l'hôpital Poincare, bien sur, et acceptons le sérum de la victoire, en goutte à goutte, pour cette semaine d'hospitalisation ! Et la greffe prendra.! Une consolation,maigre quand mëme : les 4 premiers du championnat de DH ont perdu.! Un nouveau championnat commence ! »

    STADE DE VANVES : Premier match retour en championnat d'excellence départemental football. « Déplacement difficile chez le premier ( Antony ) invaincu  sur ses terres. En fin de première mi-temps but contre notre camp, après un début de match à notre avantage. En seconde période, Vanves fait le forcing afin de revenir au score. Antony gère la situation. Le match se termine sur le score de 1 à 0. Il va falloir batailler pour rester en excellence » indique Jean Claude Vignal président de la section football. .