Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

electios municipales mars 2020

  • MUNICIPALES A VANVES : FACE A UNE LISTE LREM, LA MAJORITE MUNICIPALE INQUIETE

    Au lendemain de l’annonce de l’investiture de Séverine Edou comme tête de liste LREM, mardi dernier, une certaine inquiétude a gagné les rangs de la majorité municipale (LR/UDI) et des plus proches colistiers du maire, à tel point qu’ils se sont réunis autour d’un café mercredi matin, et qu’une réunion de crise est prévue ce soir.

    La déception est grande dans les rangs LR et UDI, car le maire sortant s’est démené jusqu’au dernier moment pour essayer de faire liste commune avec LREM, alors que son mentor Santini, qui n’a cessé de dire pire que prendre vis-à-vis du ministre et de la député LREM,  aurait passé un accord pour faire liste commune comme  le Canard Enchaîné l’a annoncé, en se trompant sur Vanves.

    Et contrairement à 2014, il n’est pas certain, dans ce contexte, qu’il passe dés le 1er tour avec 61% des voix comme en 2014, comme s’en gargarisait l’un de ses adjoints en disant à tout va «vous allez voir !» ses derniers temps. En tous les cas, pas avec une équipe comme elle se dessine, selon les rumeurs, avec des élus mis à une soi disante retraite en fin de liste en 2014 et qui se sont retrouvés siéger après quelques départs fracassants, et qui repartent sans coup frémir  en 2020, et des nouveaux venus, travaillés au corps pour certains, qui se sont aperçus dans quelle galére ils sont entraînés, sans parler de ceux qui sont prêt à vendre leur âme pour garder leur place de maire adjoint et leurs indemnités. 

    Tout cela n’apparait pas bien sérieux et solide pour une élection municipale, d’où cette inquiétude qui a saisie la majorité municipale face à une tête de liste LREM et bientôt des co-listiers qui tiendront la route, avec un tiers de vanvéens qui ont déjà eu une expérience d’élu local, un tiers d’associatifs, un tiers de personnes de la société civile aux réseaux multiples et divers. Du côté de la gauche, les écologistes et les socialistes seraient prêt à faire liste commune, les communistes n’ayant pas faire connaître leurs intentions