Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vile de vanves - Page 4

  • LES RENDEZ-VOUS A VANVES D’UNE SEMAINE DE GRANDE REPRISE APRES LA TREVE DES CONFISSEURS

    Les vanvéens seront tout de suite mis dans le bain, après cette trêve de 15 jours, avec les vœux qui commencent à Issy les Moulineaux avec le député (de Vanves), les premières galettes des rois, l’actualité avec la manifestation contre le Mariage pour tous. Ce fameux projet de loi adopté le 7 Novembre par le Conseil des Ministres qui n’en finit pas de susciter des réactions souvent vives, des réflexions et des interrogations légitimes de part et d’autre. Les manifestations « pro » et « anti » vont se succéder en ce début d’année, chaque camp voulant jauger sa mobilisation à l’aune du nombre de manifestants. Et les vanvéens ne seront pas absents du débat.

     

    Lundi 7 Janvier – DES VANVEENS SUR LES PLANCHES

    A 19H au Théâtre (et jusqu’au 13 Janvier) : « Platonov » piéce d’Anton Tchekhof mise en scéne par Benjamin Poirée avec la compagnie La musicienne du silence. « Benjamin Porée avait 25 ans lorsqu’il m’a présenté son premier projet. Il est revenu pendant 2 ans, puis une après-midi avec toute son équipe, il  nous a présenté Platonov comme si c’était une soirée. On a trouvé cela superbe e réussi » raconte José Alfarroba, directeur du Théâtre. Platonov est la première piéce de Tchekhov écrite à l’âge de 18 ans. Mêlant comédie et tragédie, la piéce dépeint une société russe bourgeoise en train de dépérir, incapable de se sortir de l’ennui. Finalement toute cette piècetente de répondre à la question posé par Platonov : « Vivre ? Comment fait il faire ? ». 50 comédiens confirmés mais aussi amateurs se retrouveront sur la scéne dont une vingtaine de vanvéens, beaucoup du foyer Danton, « dont certains ont pris l’habitude de venir au théâtre, assister à nos spectacles, nous rencontrer au Bar avant de venir eux-même sur scéne comme Maadame Cassous qui vend les enveloppes du Club Murillo au forum » indique t-il en ajoutant : « On voudrait faire beaucoup plus de choses comme cela avec la population. Mais ce qui nous manque, ce sont les lieux pour faire les répétitions, et des moyens pour payer les animateurs ».

    Mardi 8 Janvier – SOLIDARITE

    A 10H à la Maison Paroissiale de Saint Remy : « Un accueil pour rien » organisé par le conseil pastoral à l’iniative de colette Pantin, à destination des personnes souffrant de la solitude. Rappelons que le Conseil Pastoral  réfléchit sur « la place du pauvre dans notre communauté ». « Il nous a semblé que la solitude était la détresse qui était la plus répandue et en même temps que la plus difficile à vivre, à côté du manque de logement, de nourriture, car elle touche tout le monde quel que soit sa condition sociale. Malheureusement, on ne se rend pas compte que son voisin ne va pas, même lorsqu’on le voit assez régulièrement. D’où l’idée de ce café pour  apporter un petit mieux, sans démarche à organiser, sans papier à écrire, sans inscription » explique t-elle.

    Jeudi 10 Janvier – MARIAGE POUR TOUS

    A 19H30 à l’Hôtel de Ville : Réunion du Comité Consultatif « Environnement/Développement durable » avec à l’ordre du jour : Présentation du service de l’eau, échanges abec les équipes locales de VEOLIA Eau Ile de France

    A 20H30 à l’église Saint Remy : Veillée de prière sur la question du « Mariage pour Tous » organisé par l’EAP et son curé pour « porter dans la prière les événements, en les présentant à Dieu ». Avant la manifestation du 13 Janvier.  

    Vendredi 11 Janvier- VŒUX

    A 18H30 au Palais des Sports de GPSO  Robert Carpentier : Vœux d’André Santini, député de Vanves auxquels participent généralement de nombreux  vanvéens, et notamment les Santni’s boys dont Bernard Gauducheau  qui se réunisent toujours autour de lui ce soir là dans un restaurant de sa ville.

    Samedi 12 Jabnvier – ECHANGES

    A 10H30 au café Le Bistroquet : Café Théo sur le théme : « qu’est-ce qu’un couple ». Il s’agit d’un temps d’échange ouvert à tous à l’initiative de chrétiens catholiques et protestants de Vanves, mise sur pied en Janvier 2011

    Dimanche 13 Janvier – MANIFESTATION

    A 12H au métro Plateau de Vanves/Malakoff et à 12H30 à Saint Remy : Les paroissiens de vanves ont rendez-vous pour partir ensemble à la manifestation. « Nous sommes tous invités à nous sentir concernés par la question du « Mariage Pour Tous. C’est une question qui dépasse le clivage religieux mais qui atteint les fondements même de l’institution du mariage. La moblisation est importante. Certes, la manifestation dans la rue n’est pas la seule manière de dire notre désaccord mais elle est un moyen qui peut parler à tous » explique t-on dans Sel et Lumière en indiquant que l’évêque du diocése,  Mgr Daucourt,  a invité les chrétiens à écrire à leurs députés ou leurs élus pour qu’ils puissent prendre en compte leur position  

  • LES 30 ANS DU THEATRE LE VANVES : 14 – PREMIERES SAISONS DU THEATRE-CINEMA

    Octobre 2012 est un mois anniversaire pour le théâtre Le Vanves qui célèbre ses 30 ans. C’est pourquoi le Blog Vanves Au Quotidien reprend aujourd’hui ses petits coups de projecteurs sur ce théâtre et les premières saisons de José Alfarroba, puisque nous avions raconté son  arrivée à la tête de théâtre Mercredi dernier.

     

    « Je suis donc arrivé en 1997, la saison avait déjà été lancé par Ivan Morane. Ma première saison remonte à 1998, avec beaucoup de musique du monde, un peu de théâtre, du classique, des spectacles pour enfants parce qu’il y avait une tradition de ce théâtre pour les jeunes, avec deux compagnies en résidence qui présentaient toujours le même spectacle. J’ai voulu l’ouvrir à d’autres compagnies. Et j’avais un beau carnet d’adresse constitué au théâtre Ruteboeuf avec beaucoup d’artistes confirmés  qui étaient moins chers à l’époque comme Jane Birkin. Avec dés le départ, une population qui avait vraiment très envie de culture. La période était beaucoup plus propice, à cause de la crise de l’époque, les gens se déplaçant beaucoup plus, les abonnements marchant très fort, même si la TV et surtout Internet faisaient de la concurrence » reconnait José Alfarroba

     

    Il s’était donné pour objectif de développer la programmation cinématographique au « théâtre-cinéma » Le Vanves comme il dénomme ce lieu de culture, « en lui confèrant une plus grande régularité, en favorisant la V.O. en, faisant preuve d’imagination avec des cycles, des rencontres, des nuits, avec le festival des premiers films  (avril 1998). Puis de donner une plus grande part à la musique et à la danse en commençant avec le danseur Hervé Dias sans oublier de soutenir la jeune création avec parmi les premiéres compagnie, la Compagnie Eclats d’arts dont le spectacle coproduit avec Vanves a été présenté a festival d’Avignon 1998. Enfin « de rendre la programmation culturelle plus pétillante encore avec des spectacles phares susceptibnles de draîner le public ».   Ainsi 1998-99 a été marqué par une étonnante diversité de spectacle, une centaine, et de spectacles pluridisciplinaures (26) alliant musique, danse, marionettes et cinéma, ouvrant la voie à différents festivals qui ont marqué les saisons suivantes avec Chorus et son Tremplin de la Chanson, MAR.T.O. (Marionnettes et théâtre d’objets pour adultes) partagé avec  d’autres villes voisines

     

    2000/01 a été marqué par une parenthése obligeant le théâtre à organiser sa saison dans le chapiteau du Magic Mirror, à cause de l’incendie du marché. Et le public a, malgré tout, répondu présent, pour cette saison marquée par des spectacles de renom : Arthur H, Le Quatuor, Casa de la Tro va, Alex Metayer, Buffo…, la 4éme édition d’Art Danthé avec Toméo Vergés… 2002/03 a vu un hommage particulier rendu aux femmes grâce aux brillantes prestations de Jane Birkin, Emmanuel Devos, Annie Girardot, Bernadete Lafont, et aux jeunes talents dans le cadre de « Vanves en Scéne » avec 13 artistes, puis de « premières scénes » après,  élaboré avec le conservatoire, Art Evolution, l’espace A.Gazier, le service jeunesse « Entrez les Artistes »  permettant à des aléves du Conservatoire, des adhérents d’une association culturelle de monter sur scéne dans des espaces professionnelles : « Notre objectif est d’offrir la possibilité à tous les porters de projets amateursde s’intégrer dans la vie culturelle locale ».  Ainsi, pour la saison de ses 20 ans, le Théâtre Le Vanves avait attiré 21 000  spectateurs au cinéma avec 130 films diffusés et 9114 personnes pour 55 spectacles présentés sur scéne.

     

    « J’ai monté ainsi 15 saisons culturelles entre 1997 et 2012. La saison s’est peut être rajeunie au niveau des spectacles, avec un peu plus de prises de risques, moins de choses déjà confirmées. Je voulais que la ville de Vanves trouve une image différente des autres. Je me suis rendu compte que l’on trouvait toujours les mêmes artistes dans les programmes de théâtre qui se succédaient les uns après les autres. Et je me disais à Vanves, qu’est-ce que l’on peut faire pour que cela devienne un lieu un peu à part. Grâce à la jeune création avec des prises de risques, et puis cela ne coûtait pas trop cher, car le budget était limité. D’ailleurs depuis que je suis là, la subvention de la ville a baissée, tout simplement parce que j’ai doublé les recettes, avec des subventions extérieures, et la billetterie du cinéma ».

    A SUIVRE…

  • TOUSSAINT 2012 : DES RICHESSES MECONNUES DANS LE CIMETIERE BICENTENAIRE DE VANVES

    Les vanvéens retrouvent aujourd'hui le chemin du cimetière de leur ville ou d'ailleurs pour rendre hommage à leurs proches qui les ont quittés. Mais peu connaissent vraiment l'histoire du cimetière de leur ville, et les curiosités qu'il cache bien évidemment moins riches que ceux du Père Lachaise, de Montparnasse...

     

    Les ossements découverts lors du réaménagement du passage des écoles à la suite de nombreux travaux,  construction des deux immeubles derrière l’église, ont  démontré que le premier cimetière de Vanves entourait l'église Saint Remy comme dans n'importe quel village. Il a été transféré après une décision de 1811, grâce à un terrain acheté 600 fr (de l'époque) sur le plateau le long de la rue Sadi Carnot, mais où il a fallu encore que la municipalité dépense 2600 fr pour mettre une clôture et des plantations, et qu'elle prévoit un char, car son accès était très difficile. L'ancien cimetière est devenu le jardin du presbytère qui n'était pas l'actuel mais cette maison réhabilitée à droite de l'église entre le passage des écoles (où on a retrouvé ces ossements) et les nouveaux immeubles derrière la librairie. Il a connu plusieurs extensions entre 1836 et 1876, allant jusqu'à franchir l'avenue Marcel Martinie.

     

    Il s'étend sur 10 640 m2 aujourd'hui et compte prés de 3700 concessions dont 60% seraient perpétuelles. Il accueille notamment  une tombe militaire renfermant les 67 corps de soldats tués pendant la guerre de 1870-71, là où il y a une grosse croix érigée en 1890. Ainsi qu'un carré militaire 1914-18 (avec une plaque dans la mairie recensant plus de 600 noms de vanvéens morts durant cette guerre) qui a été récemment réaménagée avec des soldats morts durant les deux guerres, nord-africains russes et ukrainiens, et quelques uns morts au lycée Michelet alors hôpital militaire. La tombe du Général Zveguinzoff, général russe de l'armée blanche, établi en France durant l'entre deux guerres, est peut être l'une des plus intéressantes du cimetière. Elle constitue l'un des derniers témoins de ces croix orthodoxes traditionnellement en bois et qui ont été remplacées par des monuments plus cossus. La présence de cette croix à double traverse couverte d'un toit à deux pentes, rappelle l'installation d'une communauté russe à Vanves, encore présente aujourd'hui que perpétuent les deux chapelles derrière l'hôtel Mercure. Une concession appartient aux Soeurs Franciscaines où sont enterrées des religieuses. Et la plus ancienne tombe remonterait à 1919 où seraient enterrés un certain Coigniet.

     

    De nombreuses personnalités qui ont marqué la vie de Vanves, sont enterrées dans notre cimetière : Hyppolite Noël (1828-1894) peintre, Lucien Coédel(1899-1947) acteur, Paul Marme (1894-1989) architecte de nombreux bâtiments vanvéens, Raymond Marcheron (1920-44) résistant fusillé dans le Carré A. Lucien Roux (1894-1956) pionnier du cinéma dans le Carré G. Félix Voisin (1794-1872) qui s'est voué à la médecine et a crée en 1822 à Vanves, une maison de santé pour les aliénés mentaux dans une grande propriété acheté avec le docteur Jean Pierre Falret, et qui été maire de Vanves (1832 à 1839),  Louis Marie Larmeroux, bienfaiteur de la commune, les résistants René Sahors (1889-1942), Mary Besseyre (1907-42), Ernest Laval (1901-42) qui reposent côte à côte, Albert Legris (1885-1944), résistant abattu au camp de Struthof, Henri Chrétien (1882-1951) architecte, Georges Lagosse (1862-1935) médecin et bienfaiteur dans la Division B. Louis Dardenne (1910-44) résistant fusillé , Colette Blanco (190698) actrice connue sous le nom de Colette Darfeuil  dans la Division C.  Avec d'anciens maires : Louis Kerautret (1940-44), André Roche (1965-80). Enfin un columbarium a été aménagé depuis la Toussaint 1994, afin de donner la possibilité aux familles désirant déposer des urnes funéraires, de le faire à un endroit propice au recueillement du souvenir