Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

réunion publique - Page 3

  • ELECTIONS DEPARTEMENTALES A VANVES : LES REUNIONS DE FIN DE CAMPAGNE

    REUNION DE FAMILLE POUR LE FRONT DE GAUCHE A MAX FOURESTIER

    Après la réunion publique à l’école Larmeroux des candidats UMP le 12Mars, le café politique des candidats PS au Tout Va Mieux le 14 Mars, le Front de Gauche tenait sa réunion publique, Mercredi soir, à l’école Max Fourestier, un jour et une date symbolique, puisque le 18 Mars, c’est l’anniversaire de la proclamation de la commune de Paris, cher au cœur des communistes 

    Elle tenait plutôt de la réunion de familles, avec assis, derrière la table, dans l’ordre de la photo sur leurs tracts et affiches, Françoise Bacqué, Boris Amoroz, Lucie Heurtier, Gérard Aubineau, et  debout, l’animateur de la soirée, Benjamin Bennequin, secrétaire de la section PC de Vanves, qui était sur la liste FdeG/PC aux Municipales à Vanves, face à des militants et sympathisants du PC mais aussi du Parti de Gauche vanvéens avec quelques clamartois. Françoise Bacqué, remplaçante vanvéenne du Parti de Gauche, a certes parlée des propositions en matière de jeunesse et d’écologie, mais surtout du traité transatlantique sur lequel insistent beaucoup le Parti de Gauche, tout simplement parce qu’il donnerait la possibilité aux firmes internationales d’attaquer le département. « Ce ne sont pas ces partis là, PS, UMP, UDI, qui permettront de lutter contre ce traité ! ». Boris Amoros (PC), conseiller municipal, a surtout parlé des suppressions des services publics, qui pourraient justement être l’une des conséquences de ce traité, mais qui sera l’un des résultats de l’application de la loi Macron. En donnant l’exemple du guichet Grandes lignes de la gare Vanves/Malakoff : « Elle va poser un problème aux personnes qui ont du mal à se déplacer ! », approuvé par Gérard Aubineau, cheminot à la retraite qui a mis en cause la Loi Macron. Boris Amoroz est revenu aussi sur les suppressions  opérés par la majorité départementale (Subvention à Airpatif, et station de mesure à Issy les Moulineaux), sur la gare de Clamart avec Grand Paris Express : « Certains candidats de droite en profitent pour en faire une opération de spéculation foncière ».

    Ce fut au tour des clamartois,  tous les deux, conseillers municipaux d’opposition : Lucie Heurtier (Parti de Gauche), candidate, étudiante en médecine qui est revenu sur l’action sociale du département qu’il faut remettre au cœur de ses compétences. Mais elle a surtout expliqué que « vu la politique menée par le PS et la montée du FN, c’est une autre façon de s’engager en se présentant à ces élections ». Son collége Gérard Aubineau (PC), remplaçant, a enfoncé le clou : « Ces élections départementales ont un caractère politique. Il n’y en a que pour Le Pen. On ne parle du Front de Gauche. Mais il n’y a que nous sur lesquels on peut compter, surtout lorsqu’on regarde le contexte : La gauche est quelque peu démobilisée. Le PS fait une politique de droite. Le FN monte. Et le FdeG a la responsabilité d’écrire une nouvelle  page de l’histoire. Car il est possible de faire quelque chose. L’enjeu est immense pour construire une alternance avec des gens de gauche ». Quelques questions notamment sur la future gare du Grand Paris Express et la réunion s’est terminée autour d’un verre comme c’est de tradition au sein de la section PC de Vanves.

    VISITE MINISTERIELLE POUR LE PS DANS LE HAUT  CLAMART SANS BLING-BLING

    Les candidats socialistes étaient à Clamart et ont préféré emmener la ministre de la ville sur le terrain, au cœur du quartier de la Plaine, dans la petite salle Michel Colucci, plutôt que dans une grande salle pour une réunion « bling-bling ». Mais voilà  Myrian El Khombi avait pris quelques retards dû à l’agenda chargé de ministre. Yannick Geoffroy qui fait tandem avec Guy Janvier, était finalement la « communale » de l’étape, en a profité pour parler de son enfance passée dans ces quartiers du Haut Clamart en rappelant l’évolution, qu’ils ont connu ces dernières années, avec le projet de destruction des 700 logements de 3F. Elle a également parlé de son engagement personnel au service des clamartois et notamment sur l’un des grands enjeux de ces élections départementales : « Rappeler à la droite qu’elle ne peut pas faire l’économie des citoyens ». Guy Janvier présenté par Remi Carton, a insisté sur les 3 valeurs de la République en rappelant pourquoi « chacune de ces valeurs, est mise à mal dans notre département : La liberté de vivre où on le souhaite, que ce soit dans son logement ou en maison de retraite, les deux étant toujours plus inaccessibles. L’égalité qui reste à faire dans les territoires. La fraternité première exigence de notre échelon local, pourtant négligée par la droite ». Enfin, la Ministre Myrian El Khombi a conclu en revenant sur l’action du gouvernement en faveur des solidarités et des plus fragiles, et son action dans le domaine de la politique de la ville : « Le service public, c’est le patrimoine de ceux qui n’en ont pas » ou encore : « L’ordre Républicain, c’est appliquer toutes les lois de la République. La loi SRU comme les autres ! »… Elle n’en a pas moins constaté que « dans les Hauts de Seine, ce sont 30% de baisse des investissements dans les collèges. Alors qu’investir dans l’éducation, c’est moins de coûts pour l’avenir »… « On le voit dans les 11 villes qu’a remporté le FN en Mars 2014 : Il ne combat pas la pauvreté, il s’en nourrit et l’entretient ».

  • VANVES ET LES ELECTIONS DEPARTEMENTALES DE MARS 2015 : LES TICKETS PS ET UMP MONTRENT LEURS MUSCLES SUR FOND DE GALETTES DES ROIS LA VEILLE DE LA CHANDELEUR

     

    A l’occasion de ce lancement de campagne des deux quatuors UMP et PS, les vanvéens qui s’intéressent de prés à la campagne, ont découvert plusieurs choses : Tout d’abord ce nouveau canton constitué de Clamart et de Vanves avec 2 conseillers généraux et deux remplaçants/suppléants va amener les candidats et leurs staff de campagne à se déplacer dans ses deux villes aux liens multiples. Ensuite, cette belle salle des fêtes Hunebelle de la ville de Clamart qui peut contenir jusqu’à 800 personnes (assises) où chaque binôme a lancé sa campagne, vendredi soir  pour le PS, Dimanche après-midi pour l’UMP avec l’UDI. Certains vanvéens ont fait la différence avec La Palestre, bien sûr, "qui aurait pu être plus grande " ont pensé certains vanvéens. Enfin l’ambiance politique : Si Vanves peut paraître très « bizonour »par rapport à Clamart, l’atmosphére est électrique et sujet à polémique, dans cette commune, semblable à celle qu’a connue Vanves au lendemain d’une élection qui s’est joué à une voix. L’ancienne équipe de Philippe Kaltenbach (PS) fait la gueguerre à Jean Didier Berger (UMP) comme l’avait celle de Didier Morin contre Guy Janvier 20 ans plus tôt.    

    Guy Janvier et Yannick Geoffroy ont lancés leur campagne vendredi soir, en réunissant une centaine de clamartois et vanvéens, à la salle Hunebelle, pour présenter les candidats et partager une galette des rois. Ils ont été  accueillis par Pierre Ramonino, ex-maire de Clamart et président du groupe PS au conseil  municipal,  en présence de Philippe Kaltenbach qui a insisté sur les enjeux locaux, et de Jean Marc Germain, député et chef de file des frondeurs à l’assemblée nationale. Guy Janvier, conseiller général depuis 10 ans, a surtout insisté sur le bilan de Patrick Devedjian, président du conseil général des hauts de Seine : « Les Hauts de Seine sont un département inégalitaire en terme de territoires et de populations, et ses inégalités ont tendance à s’accroître. Notre département est un très bel exemple de ghettoïsation, avec ses villes d’un côté qui accueillent plus de 60 à 70% de logements sociaux, et d’autres qui refusent d’en construire, ne respectant pas la loi SRU » a-t-il dénoncé en citant Neuilly (4% de logements sociaux), Boulogne (13%). « Les dépenses sociales,  obligatoires  pour les départements puisque c’est l’une  de leur compétence principale, représentent 64 % des dépenses des conseils  généraux en moyenne. Dans les Hauts de Seine, elles ne représentent que 59%, soit 5 points de moins que la moyenne nationale. Les investissements dans les collèges sont passés de 100/120 M€ par an à 75/60 M€ en moins de 3 ans, et les aides aux collègiens de 1,2 M€ à 800 000 € ».

    Yannick Goeffroy a insisté sur les effets de la nouvelle politique mise en place par le nouveau maire UMP : Démolition des 700 logements sociaux de 3 F qui avaient été rénovés, fermeture du restaurant Poly Song de Jean Arp qui employait des handicapées, l’aménagement du quartier de la gare  où le nouveau maire veut construire des logements le long de la voie ferrée, et l’arrêté anti prospectus qui vise à nous empêcher de faire campagne. Cet ex-maire adjoint de Philippe Kaltenbach chargé de la démocratie locale puis des associations, a des liens très serré avec Vanves : Son arriére grand père, M.Lescarou, a été maire adjoint sous les mandats de Fréderic Pic. Tous les deux, avec leurs remplaçants, Remi Carton et Marie Anne Boyer, vont mener une campagne de proximité, avec du boîtage, du porte à porte, avec ce premier tract où il explique le découpage de ce nouveau canton de Vanves/clamart, le rappel du vote des 22 et 29 Mars et donner une meilleure visibilité aux candidats.    

    Deux  jours plus tard, c’était au tour d’Isabelle Debré et Jean Didier Berger, avec leurs remplaçants Bertrand Voisine et  Christine Quillery, d’accueillir plus de 450 clamartois et vanvéens, UMP et UDI en présence de  Philippe Pemezec (UMP) maire du Plessis Robinson  qui n’a pas mâché ses mots comme à son habitude – « Il faut gagner les cantonales et les Régionales pour nous débarrasser de François Hollande, et sortir notre pays de l’ornière. Comme les socialistes veulent gagner les régionales, ils ont regroupé en deux les Régions, et les départementales, ils veulent supprimer les départements » -  et Bernard Gauducheau : « Cela nous rajeunit, cela nous raméne à 2001 lorsqu’on a gagné et repris la mairie à la gauche. Il y a un quatuor qui fera le meilleur de lui-même pour gagner ce canton » a-t-il déclaré en reconnaissant que « ce quatuor est particulier. Il fallait sortir de Polytechnique pour conjuguer UMP et UDI avec la parité. On aurait aimé avoir une petite place. On a fait preuve d’agnégation. L’essentiel est de gagner ! ». Elus et militants UDI de Vanves présents à cette réunion,  en avaient malgré tout, « gros sur la patate », même si leur chef de file a tout fait pour peser jusqu’à la dernière minute pour imposer son candidat Pascal Vertanessian à la place de Bertrand Voisine, comme remplaçant,

    « L’union de la droite et du centre est le seul chemin de la victoire. Ce redécoupage fait sur mesure, est une magouille : Ils ont regroupé 3  cantons de droite d’un côté (Plessis Robinson/Chatenay…) et 2 cantons de gauche de l’autre (Clamart et Vanves )», pensant pour le premier provoquer une gueguerre des candidats de droite, ce qui n’est le cas, Philippe Pemezec ayant choisi les Régionales en laissant Georges Siffredi maire de Chatenay,  se représenter; et pour le second assurer une victoire la gauche, ce qui ne sera pas évident avec ce ticket Berger/Debré, expérant surfer sur la vague bleue des municipales,  pour 3 raisons selon le maire de Clamart : « Tout d’abord local : On ne peut pas se passer du Conseil Général. Il faut des élus de la majorité départementale pour bien travailler avec lui » a-t-il expliqué en prenant l’exemple de ses conventions ville-département triennal : Vanves en a signé une, pas Clamart. « Ensuite politique : Avec votre aide, on les a battu voilà un an et on ne va pas leur permettre de rebondir. On a en face de nous, des candidats qui veulent supprimer le département. On a conscience de tout ce qu’il fait pour les personnes handicapées, âgées dépendantes qui ont besoin d’un soutien de proximité. Enfin politique car nous avons le droit de dire que ce que fait le gouvernement, est nul ».   

  • LA DERNIERE REUNION PUBLIQUE DE QUARTIER DE L’AUTOMNE 2015 A VANVES : DES HAUTS DE VANVES DETONANT ET ETONNANT

    L’abattage des arbres et la finalisation de la mise en place du stationnement réglementé qui ne font plus d’histoires, ni suscitent la polémique, ont été pourtant au centre d’une réunion détonante au grand étonnement des élus présents et de certains participants, Lundi soir dans le préau de l’école Larmeroux.

    Bernard Gauducheau venait de présenter les différents chantiers réalisés, en cours de finition ou même en projets, notamment le déclassement de la rue de l’Avenir qui doit être transférée dans le domaine public pour permettre sa requalification. Mais voilà, il manque quelques signatures (6 sur 60) de propriétaires  (introuvables) pour lancer cette opération qui est, du coup, retardé d’un an. « La requalification de la rue Aristide Briand est envisagée à partir du moment où l’ensemble des chantiers seront terminés et réalisés » a-t-il précisé à cete occasion. La réunion prenait son rythme de croisière lorsqu’une mère de famille qui fréquente la piscine avec son bébé de 9 mois, l’interrogea sur le nouveau règlement intérieur : « Comme nous ne pouvons plus rentrer les poussettes dans les vestiaires, où allons-nous pouvoir les ranger ? Où trouve t-on des bonnets de bain de bain pour bébés puisqu’il n’y en  a pas (sur internet) ? ». Philippe Thieffine, conseiller municipal, lui a indiqué quelle pouvait en trouver chez GO Sports, et  qu’il n’y a pas de solutions pour les poussetttes, d’autant plus que des travaux d’aménagement sont prévus à l’accueil et dans les vestiaires avec l’aménagement d’une salle de musculation. Le maire a précisé que « si la piscine municipale offre un service, elle n’est pas chargé de prévoir le stockage et la surveillance  des poussettes dans ce genre d’équipement, sauf en ce qui concerne les crèches ».

    « Pourquoi les arbres de la rue de Châtillon ont-ils été coupés ? » - « C’est le Logement Francilien qui a procédé à leur abattage, car ils étaient en mauvais état et devenaient dangereux » a répondu le maire en donnant la parole à Mme Murry, l’une de ses habitantes : « Les travaux entrepris par le Logement Francilien suppriment 14 places de parkings que l’on a cherché à récupérer d’une façon ou d’une autre (à l’occasion  de travaux de résidentialisation ) » a-t-elle indiquée. Du coup, un  autre riverain a proposé de planter des arbres dans la rue de Châtillon, où il a repéré 35 occasions de plantations pour agrémenter cette voie publique « car il n’y a que du béton et du métal » - « Il n’y a pas de réponse à apporter. Je veux bien y réfléchir, calculer le pour et le contre en fonction des places de stationnement. Il est vrai que j’aurais préféré que le Logement Francilien remplace ses arbres »  a indiqué le maire. Du coup, un riverain de la rue Larmeroux s’est plaint de la trop grande hauteur des arbres plantés le long de cette voie. « J’ai relayé votre demande au département. J’ai été renvoyé sur les roses. Le département préfère élaguer ses  grandes arbres pour les garder. Je préfère planter des arbres qui n’atteignent pas cette hauteur ! »

    « Pourquoi y a-t-il un stationnement payant sur une partie de l’avenue du Général de Gaulle et pas sur l’autre ? » a demandé un riverain en visant cette partie de l’avenue après le carrefour avec l’avenue de a Paix.  « On est sur une partie de l’avenue (où on a demandé au conseil Général de faire les trottoirs avant d’instituer le stationnement réglementé. Et nous sommes tributaire du département ! » a-t-il indiqué. A ce moment là une riveraine de l’avenue de la Paix particulièrement en verve s’est exclamée : « Il y a des gens qui se foutent de payer le stationnement payant ! Je me rappelle qu’il y avait des garages. Mais ils ont été transformés en logement » - « Ce stationnement payant est bien accepté maintenant. Il a libéré beaucoup de places sans l’espace public. Il est en place et il le restera » assura t-il face à quelques habitants de la rue Mansart et alentours qui s’étaient levés et protestaient fortement. « Vous ne pouvez pas dire que vous l’avez fait après consultation de la population » assènait l’un d’entre eux alors qu’il tentait de rappeler toutes les réunions d’informations organisées avant son début de mise en place  et des points d’étapes effectués lors de telles réunions de quartier. « Cela encourage les gens de prendre leur voiture pour aller travailler. Lorsqu’on revient le soir, on ne peut pas se garer !  Ce n’est pas fait dans  l’intérêt des résidents, mais dans l’intérêt de la commune qui veut ramasser de l’argent »- « Non cela n’a pas été fait pour l’argent mais pour assurer un turn-over et éviter les voitures ventouses »  essaya t-il d’expliquer en ajoutant : « Vous défendez votre intérêt privé mais pas l’intérêt général ! » - « l’intérêt des habitants de notre rue » répliqua l’un d’entre eux, alors que son voisin ajoutait :  « Vous avez un métro de retard ! » - « Et moi, une gare d’avance ! »

    Occasion de revenir sur la gare de Grand Paris Express, prévue au Clos Montholon, sous la gare SNCF de Clamart, sur la ligne 15 Sud qui sera mis en service en 2020. « Est-ce que vous prévoyez d’autres maisons à fiche en l’air »entend alors dans le public. « On aura des informations (en temps utile) de la SGP (Société du Grand Paris) qui est très sérieuse et professionnelle. Ce qui est important pour nous, est la revalorisation de ce secteur appelé à se développer » - « Y aura-t-il des incidences rue du Clos Montholon ? » - « Une seule propriété de Vanves, à la pointe, est concernée » a-t-il répondu en indiquant que « la ville a prévu une zone de préemption renforcée pour éviter la spéculation foncière et immobilière ».