Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

plu de vanves - Page 3

  • VANVES AURAIT IL SAUVE SON PLU ?...

    Le sénat a adopté mercredi après deux heures et demi de débats très consensuels, une proposition de loi sur le SDRIF (Schéma Directeur de la Région Ile de France) qui vise à débloquer certains chantiers des collectivités locales franciliennes  dans le cadre de l'accord Etat-région du 26 janvier sur les transports, et à trouver ainsi une solution après l’avis négatif du Conseil  d’Etat sur l’approbation du SDRIF  pour cause d’incompatibilité avec la loi sur le Grand Paris.

     

    Cette disposition législative permet de « libérer les projets des collectivités territoriales et de l'Etat compatibles avec le projet de Sdrif adopté par le conseil régional et avec la loi du Grand Paris, jusqu'à l'approbation de la révision du Sdrif ». Plus concrètement « le vote de la proposition de loi apporte toute sécurité juridique aux élus locaux, chefs d’entreprise, et acteurs du développement économique, dans   la mise en œuvre des projets d’urbanisme et d’aménagement, dont certains étaient bloqués depuis deux ans, créateurs d’activités et d’emplois, au bénéfice des Franciliens. Cette proposition de loi permet durant cette période transitoire aux élus de pouvoir appliquer les dispositions de ce SDRIF lorsqu’ils procédent à la révision ou à la modification de leurs documents d’urbanisme » comme Vanves avec son PLU en cours de révision qui doit être conforme maintenant avec le SDRIF de 2008. Les opérations d’aménagements que pourra mener la ville de Vanves seront sécurisées jusqu’à l’adoption définitive de ce SDRIF qui doit être  révisé d’ici 2013

    « Elle permet enfin un aménagement du territoire francilien grenello-compatible, socialement et économiquement juste. Et ce, jusqu’à l’achèvement de la révision du SDRIF prévue pour fin 2013 » a constaté JP Huchon, Président de la Région Ile de France de son côté alors que Valérie Pécresse, chef de file UMP à la Région   remarquait que « sénateurs ont redonné tout son sens au SDRIF : un SDRIF qui permet d’accompagner les collectivités dans leurs projets d'aménagement et non pas un SDRIF qui « interdit » et qui « force » comme Jean-Paul Huchon avait tenté de le mettre en œuvre, avant qu’il ne reçoive un avis défavorable du Conseil d’Etat ».

  • LE PLU DE VANVES : COMPLEMENTAIRE MAIS PAS REVOLUTIONNAIRE ! BON PERE DE FAMILLE ET REACTIONNAIRE !

    Le projet du PLU (Plan Local d’Urbanisme) de Vanves a été voté par la majorité municipale lors du conseil municipal de mardi soir, le PS/PC s’abstenant et les Verts-Europe Ecologie votant contre. A partir de là et avant l’approbation définitive prévu fin Jui 2011, consultation des personnes publiques associées, mise à enquête publique durant un mois (début 2011), analyse des remarque et des avis par le Commissaire Enquêteur qui fera un rapport

     

    Cinq grands axes ont été définis  dans le PADD (Projet d’Aménagement et de Développement Durable) qui accompagne les documents réglementaires (écrits et graphiques) et les annnexes qui accompagnent ce PLU : Valoriser l’identité d’une ville à proximité immédiate de Paris et au sein de GPSO, Relever le défi d’une offre renforcée en logements, préserver la dynamique économique, promouvoir des pratiques de mobilité durable, préserver l’environnement et ses ressources…. Sur lesquels le maire a insisté dans son exposé préliminaire en reconnaissant que « le POS arrêté en 1997, auquel j’avais participé en tant que conseiller municipal d’opposition nous a permis de fonctionner jusqu’à ce jour. Nous avons envisagé un nouveau PLU parce que les attentes des habitants ont évolués. Il n’est pas révolutionnaire, mais complémentaire au précédent ».   Chacun  de ces axes se traduit par des dispositions en terme de zonage (8) qui font l’objet de régles sur lesquels Vanves Au Quotidien reviendra et d’un exposé du cabinet Codra. Enfin Julien Gazel a dressé le bilan de la concertation avec des réunions publiques et de quartiers, des articles dans V.I., des réunions des différents Comités Consultatifs à chaque étape de la procédure (diagnostic, définition des enjeux, PADD, phase réglementaire) puis exposition. Tout le monde a reconnu la qualité du travail effectué mais chacun en a tiré ses conclusions au travers des interventions, en ne sortant pas malheureusement des généralités et des positons connûes de chacun.

     

    Fabian Estellano (PS)  a constaté que « chaque quartier de Vanves a besoin d’un effort » en citant le Clos Montholon qui doit faire face aux projets urbains de Malakoff et d’Issy les Moulineaux avec le fort Numérique, qu’il y a un manque de vissibilité sur le paysage de Vanves  en citant les rues Jean Bleuzen et de la République, que l’absence de COS laisse la porte ouverte à des grosses opérations foncières du genre Bouygues comme l’a laissé entendre aussi G.Janvier. Il a souhaité qu’un effort de rénovation de l’habitat soit menée comme dans le Centre Ancien dans les autres quartiers de la commune, « Vanves comptant 5% d’habitat médiocre contre 2% dans les Hauts de Seine », qu’il y ait plus de mixité sociale, plus de logement social, une amélioration de l’offre et de la signalétique commerciale, un maillage plus important des serrvices publics, une ambiton énergétique pour les bâtiments communaux.

    « Ce n’est pas révolutionnaire par rapport à 1997. Nous avions alors prévu des modalités pour favoriser l’installation de résidences hôtelières » a constaté Guy Janvier, conseiller Général (PS) en soulevant 4 points : Le logement social où il y a un problème « car des gens ne peuvent pas s’installer à Vanves. Il est possible de transformer des immeubles non entretenus en logements sociaux » a-t-il expliqué. Les espaces verts en regrettant que « les surfaces réservés aux espaces verts soient infimes (square Jean monnet, angle V.Hgo/H.Marin) ». Les équipements publics  car « on a besoin de créches ! Mais rien n’est prévu ! ». Enfin, il a posé la question du devenir du terrain rue A. Briand (ex-sécurité sociale et DDE) occupé pour l’instant par la Maternelle du Centre.

     

    Pierre Toulouse (Verts-EE) a considéré « qu’on a un PLU bien lisse. On peut regretter d’être à Vanves où les contraintes sont telles qu’il n’y a pas de marges pour faire tout ce que l’on voudrait pour loger les gens. Et là où on pouvait faire quelque chose, on ne l’a pas fait notamment sur un point : Le COS qui a été renforcé par la Loi sur Le Grenelle 2 de l’Environnement  afin notament pour aider les habitants qui réalisent des travaux d’économies d’énergies ou des installations genre compost ». Il a dénoncé un « PLU de pére de famille, très réactionnaire, en continuité avec ce qui a été fait ! », même s’il a reconnu que des efforts ont été fait pour augmenrer la surface de stationnement des vélos. Lucile Schmid (EE) a posé une question sur la bilan de la concertation : « Dans quelle mesure avez-vous le sentiment que l’on a réussit une véritable concertation avec les habitants, compte tenu de la longueur du processus ? ».

    Le maire a laissé monter au créneau ses collégues avant de répondre : « On vous sent déconnecté de la réalité en vous entendant parler du monde ouvrier, du manque de logements sociaux alors que nous ne sommes pas le plus mauvais éléve des Hauts de Seine par rapport à vos amis » a déclaré Julien Gazel. « Après le magnifique programme présenté par FabianEstallano » a ironisé Bertrand Voisine avant d’apporter quelques réponses : « Si vous aviez assisté aux réunions publiques, vous auriez vu que certaines remarques ont été prises en compte ».

     

    « Je préfére afficher des objectifs accessibles » a attaqué d’emblée Bernard Gauducheau en répondant sur la concertation : « On déploie beaucoup de moyens pour consulter la population. Est-ce suffisant ? La grande majorité reste certes silencieuse, mais elle s’exprime à travers les votes. Et les électeurs peuvent rester vigilants sur la réalisation des engagements et s’exprimer à ce moment. Il est clair lorsqu’il y a un sujet épineux, les populations réagissent et s’xpriment. Nous voulions mettre la ville en conformité à certaines évolutions et ne pas la transformer totalement, car la population est atachée à sa ville. Nous ne sommes pas en régle avec le SDRIF qui nous demande de densifier. Mais ce n’est pas ce que veulent les vanvéens qui souhaitent préserver leur qualité de vie. Et en matière de densité, on a déjà donné ! Comme en matière de logement social, par rapport à d’autres. Quant au devenir de certains sites, il est encore rop tôt pour se prononcer » a-t-il expliqué en concluant : « J’avais atttendu une position modérée des votes des Verts qui ont participé aux travaux de ce PLU ».  

     

  • REUNION PUBLIQUE DU PLATEAU : 3 HEURES D’ECHANGES SUR 4 GRANDS THEMES ET DE NOMBREUSES QUESTIONS

    Même le maire l’a reconnu vers la fin de la réunion publique du Plateau hier soir à Marceau qui avait commencé à 19H pour se terminer vers 22H. « On se contentera de deux interventions au maximum. Il faut garder pour ses réunions de la place à la discussion ». Tout en ajoutant : « C’est bien que vous soyez informé sur la réalité de votre environnement immédiat » à propos du PLU et surtout des nuisances du Périph qui ont fait l’objet d’un exposé du cabinet Caudra pour le premier, d’un représentant de BruitParif pour le second. « C’est important que vous soyez informé sur ce sujet »  à propos de l’arrivée de la fibre optique à Vanves avec le THD92 après l’exposé du directeur général de Sequalum tout en ajoutant : « Tout le monde n’est pas au même niveau d’utilisation de ses outils qui seront indispensables et devront être maîtrisés par tous. C’est pourquoi il ne faut pas regretter dans quelques années d’avoir râter cette offre ». Enfin, il s’est envoyé des fleurs en présentant l’exposé de Bertrand Voisine sur le budget communal 2010 : « Je suis bien secondé par mon adjoint aux finances. D’autant plus que je suis un maire qui a beaucoup d’ides et qui veut lancer beaucoup de choses ».

    En attendant ces réunions publiques sont très informatives même si des exposés sont quelquefois trop long comme BruitParif hier soir qui a lassée l’assistance. A contrario du Cabinet Caudra qui a fait un effort très important pour limiter ses interventions à une demi-heure sur le PLU en les centrant sur les points qui intéressent le grand public. Mais ils ont l’utilité d’aborder des questions importantes de fond (PLU, fibre optique, budget) ou d’actualités (les travaux d’assainissement, le bruit..) et d’éviter de se limiter aux questions quelquefois très terre à terre, mais utiles, des vanvéens. A condition de ne pas faire des réponses trop longues et soporifiques.

    Extraits de réponses courtes à des questions de vanvéens du Plateau.  

     

    ANTENNES RELAIS

    Le développement des antennes relais a été soulevé par une vanvéenne manifestement perturbée par leurs présences : « Avez-vous une réglementation, car on est en plein champ. On a de graves troubles qui sont liés à la proximité et à la densité des antennes relais. Des assistantes maternelles habitent très prés. Des appartements deviennent invendables. J’ai dû acheté des tentures anti-ondes » a-t-elle raconté. Du coup le maire qui a reconnu que « c’est une question qui se pose souvent » mais « qu’il n’y a pas de position ferme prise sur ce sujet », a laissé la parole à David Mahé, conseiller municipal chargé des NTIC : « La ville veille à la bonne santé de ses habitants, à ce que les émissions soient conformes aux normes. Nous avons fait une campagne de tests. Aucune antenne déployée à Vanves n’avait d’émission dépassant les normes. Il y a des inquiétudes sur les effets nocifs de ces antennes. Nous sommes très vigilant sur ce déploiement et nous prenons des dispositions vis-à-vis des opérateurs pour qu’ils utilisent des systèmes d’antennes non nuisants et conformes à la réglementation ». La représentante du Cabinet Caudra a indiqué « qu’il est illégal d’introduire dans un PLU des dispositions pour empêcher ce type d’installation ». Enfin, le directeur général des services administratifs a précisé que « la ville fait des sondages dés que des problèmes sont signalés » et a rappelé « que les normes sont fixées par les autorités de santé publique ».

     

    CRECHES

    « Il est difficile d’avoir une place en crèche » a expliqué au Maire un jeune père de famille. Bernard Gauducheau a répondu que « Vanves se trouve dans la moyenne de l’offre : 600 demandes par an dont 50% sont satisfaites. L’offre de places  est multiple et permet une capacité de 300 places. Ce qui est insuffisant. Mais l’objectif d’une municipalité est de satisfaire ses habitants même si elle ne peut pas le faire à 100%. Mais depuis que je suis maire, nous avons crée une créche qui se trouve au rez de chaussé de l’immeuble Audiens près du métro. Je compte travailler pour augmenter le nombre de places en crèches. Si nous avons la possibilité d’accueillir des crèches privées, c’est une possibilité. Il faut inventer  des choses nouvelles. Susciter des vocations d’assistantes maternelles. Une crèche est très chère en bâtiment et en personnel »  a-t-il expliqué tout en faisant prendre conscience que « Nous avons d’autres projets à mener en même temps  comme la reconstruction de tout un groupe scolaire à Cabourg ». Et « qu’en quelques années, j’ai rattrapé un énorme retard en équipement dans cette commune. Et on ne peut pas faire tout en même temps ».

     

    HACHETTE

    Un habitant de la Villa Colsenet mitoyenne de Hachette rue Jean Bleuzen a demandé au Maire si « on peut construire un immeuble de 30 m de haut à côté », même s’il l’avait rassuré sur le devenir de ce site. « La villa Colsenet fait partie des sites à protéger. Et nous ne souhaitons pas que l’on vous agresse » l’a-t-il rassuré en faisant allusion à Hachette qui souhaite s’étendre en accueillant son siége qui ferait passer son nombre d’employés de 300 à 600. « Nous avons dit que nous ne souhaitons  pas dépasser 30 m sur ce site alors que d’autres immeubles s’élèvent jusqu’à 42 m dans ce quartier. Nous serons vigilant pour les habitants de la Villa Colsenet soient pris en compte par Hachette qui a l’intention de confier son projet d’extension à un grand cabinet d’architecte ».

     

    A SUIVRE….