Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

eglise saint remy - Page 5

  • RETOUR SUR CET ETE 2016 A VANVES : 1 – INQUIETUDES ET ATTENTES DES ELUS FACE AUX ATTENTATS

    L’attentat de Nice où des vanvéens séjournent pour les vacances, l’assassinat d’un prêtre, le pére Hamel  et les agressions subies par ces fidéles dans l’église de Saint Etienne de Rouvray ont marqué les esprits. Beaucoup de parents ont passé une mauvaise nuit si ce n’est blanche le soir du 14 Juillet sachant leurs enfants ou des proches au feu d’artifice de la tour Eiffel. Beaucoup de vanvéens ont eu une pensée pour  leurs prêtres de Vanves après ce meurtre horrible du pére Hamel le 26 Juin. Le pére Bouleau expliquait que maintenant lorsqu’il célébre la messe ou une cérémonie religieuse, il ferme la sacristie qui est derrière l’autel de l’église Saint Remy. A Saint Etienne de Rouvray, les terroristes s’étaient introduits par la sacristie qui était derrière l’église comme à Saint Remy.  Et il laisse fermer la grande porte de l’église même en ses temps caniculaires, alors qu’elle est toujours ouverte en été

    Nos élus ont bien sûr réagis, notamment lors de cette minute de silence sur le parvis de l’hôtel de ville le 18 Juillet suivi d’une marseille et du dépôt d’un bouquet de fleur par le maire avec Jean Marc Yoube.  « Face à cette folie aveugle, face à la cruauté et la haine, la France et les Français doivent affirmer leur détermination à défendre les valeurs de notre République. Plus que jamais nous devons faire preuve de solidarité et d'unité dans l’adversité, mais aussi de vigilance pour protéger notre peuple. La liberté, l’égalité et la fraternité ne sont pas de simples mots mais bel et bien les fondements inébranlables de notre pacte social et l’essence même de notre vivre ensemble » avait déclaré Bernard Gauducheau juste avant cette minute de silence.  Au lendemain du meurtre de ce prêtre le 26 Juillet dernier, le maire a tenu à exprimer sur son blog, par ces quelques mots, toute sa solidarité et sa compassion aux Catholiques de France. « Par cet acte inqualifiable, l’organisation terroriste démontre que son ennemi est ce que nous sommes. Elle frappe aveuglément, tuant hommes, femmes, enfants, croyants, non croyants et a pour cible tout ce qui constitue le fondement de notre République : la liberté, l’égalité, la fraternité. Nous ne devons pas céder.  Face aux épreuves, notre pays a toujours su résister et se relever. Plus que tout, je souhaite que Vanves, notre ville, soit un lieu de dialogue, d’échanges, de compréhension et de paix. C’est un combat quotidien qu’il nous faut mener tous ensemble ».

    Une tribune intitulée « Liberté, Egalité, Fraternité... Unité! » a été cosignée par des élus socialistes de l'ensemble de l'Ile de France  – dont Anne Laure Mondon, président du Groupe PS au Conseil Municipal,  suite à l'attentat de Nice dans laquelle ils expliquent : « Nous comprenons la colère de nos concitoyens. Nous refusons néanmoins de céder à la facilité dans laquelle veulent nous entraîner : le rejet de l’autre, la stigmatisation des origines, la peur des religions ne seront jamais une réponse acceptable. Nous ne renoncerons pas à nos libertés sans lesquelles, nous ne serions plus nous même. Nous sommes la France, la République et jamais nous ne cesserons d’affirmer notre attachement à ses valeurs : la liberté, l’égalité, la Fraternité, la Laïcité, le vivre ensemble. Nous savons que ce sont des valeurs qui ont fait et font la France un modèle unique à travers le monde . Parce qu’il en va de notre bien commun, nous entendons jouer pleinement notre rôle  d’élus et de responsables politiques au service de la République, de la cohésion nationale, d’un débat public réhabilité et porteur de vérités, de courages et de solutions ».

    Mais voilà, lors de cette Rentrée, notamment au niveau scolaire, nos maires et nos élus sont inquiets comme l’expliquait l’un d’entre eux cet été : « Il est difficile de mesurer les risques, d’anticiper. Tous les maires sont dans la même situation. Nous avons une responsabilité morale, mais nous n’avons ni les moyens législatifs,  ni l’autorité  pour mobiliser les effectifs de police, de l’armée, même si nous travaillons en concertation avec le commissaire. Je ne vous cache pas que la vie doit continuer mais autoriser des manifestations très ponctuelles me pose problème. Avons-nous le droit d’inviter le maximum de gens à se rassembler »  s’interrogeait l’un de ses maires qui a dû annuler comme beaucoup de confrères des manifestations, des feux d’artifices durant ses vacances. Et les risques présentées par la Rentrée scolaire ne vont pas arranger la situation malgré les instructions des ministres de l’Intérieur et de l’Education Nationale :  « Dans les circonstances exceptionnelles que nous vivons, les maires attendent de l’Etat qu’il communique avec eux plus étroitement sur l’état de la menace connue et les risques potentiels. La prorogation de l’état d’urgence suppose de surcroît que l’Etat les accompagnent et les conseille dans la détermination de la posture de sécurité la mieux adaptée à l’actualité et au contexte local. Il est fondamental que l’Etat en liaison avec les maires, assure sa mission régalienne de sécurité et mobilise les effectifs nécessaires à la protection des populations » demandaient leurs représentants au niveau de l’Association des Maires de France ( François Baroin et André Laignel) en constatant non seulement que « les attentats que notre pays a subis confirment malheureusement que les actes terroristes peuvent toucher tout point du territoire » et « qu’ils visent notamment à toucher tous les symboles de notre République. Les maires en tant qu’agent de l’Etat mériteraient une attention spécifique et l’adaptation de notre droit pour une meilleure sécurisation des mairies qui pourrait être envisagée ».

  • CELEBRATION DU 8 MAI A VANVES : UNE MATINEE D’ENFER !

    Il y a des jours où il vaut mieux rester coucher. Tout avait été prévu, préparé comme d’habitude sûrement lors d’une réunion du CLAP (Comité Local des Associations patriotiques), mais la mécanique s’est enrayée au point de faire passer une matinée d’enfer à  son président Michel Judde et Marie Françoise Goloubtzoff maire adjoint chargé des anciens combattants.

    Pourtant le soleil et la douceur d’une matinée de printemps étaient au rendez d’un dimanche 8 Mai où la pluie était prévue surcette place de la République. Mais voilà, le manège avait déjà été installé sur cette place  alors qu’habituellement il l’est après cette cérémonie patriotique. Marie Françoise Goloubtzoff avait demandé d’y être attentif. Mais voilà, le nouveau maire adjoint au commerce, croyant bien faire, aurait suggéré de l’installer dés le début de la semaine dernière pour que les vanvéens en profitent durant le pont de l’Ascension. Cafouillage entre maires adjoints et élus du groupe UDI ? Mais ce n’était pas fini, car pour le dépôt de gerbe place du 8 Mai 1945 devant l’église Saint François, pas de clef pour ouvrir l’accès au petit espace et à la plaque commémorative. Mais ce n’était pas fini, car place de la République, la sonorisation était défaillante, les techniciens énervés n’arrivant pas à la maîtriser et à faire démarrer le magnéto, avec des jurons à la chef car ils s’évertuaient à appuyer sur un bouton qui ne répondait pas. Au point qu’il a fallu attendre prés de 10 mn avant de démarrer la cérémonie  après la sortie de l’église où s’était déroulé un court moment spirituel. « Ce matériel de sonorisation sert très souvent et il est prêté à de nombreuses reprises. Et on le récupère dans un état ! » se lamentait un agent communal.

    Il n’empêche que cette cérémonie patriotique  s’est déroulée malgré tout  en présence de beaucoup de vanvéensen en dehors des élus, des anciens combattants, avec la présence d’une unité de jeunes de 18/21 ans de la PMM (Préparation Militaire de la Marine). Le pére qui a présidé la prière dans l’église Saint Remy a rappelé que ce second conflit mondial soldait l’échec du traité de Versailles et de la SDN. Le maire a rappelé le nom de ses combattants, résistants, déportés dont certaines rues de Vanves portent le souvenir :  « N’oubliez jamais la vie donnée pour la démocratie. Les leçons du passé doivent nous aider face à la tentative du repli sur soi ! L’Europe est une chance extroardinaire ». Dépôt de gerbes dont pour la première fois, une au nom de la Fondation de la France Libre, sonnerie au mort, minute de silence, Marseillaise et la Marché de la 2éme DB suivi d’un autre dépôt de bouquet pour l’Europe à la veille de la fête du 9 Mai par le maire et le président Mathey de l’antenne vanvéenne du Mouvement Européen, d’une photo souvenir  et d’un pot à la mairie. Le cortége a démarré pour rejoindre la mairie au moment où les cloches sonnaient 11H et l’appel à la messe dominicale. Ouf, les organisateurs avaient échappé à ce nouvel avatar qui avait perturbé la cérémonie du 8 Mai 2011 et retardé l’interprétation du Chant des Partisans par Aloys Guitton.  

  • LA RANDONNEE URBAINE ET FESTIVE PASSE PAR VANVES SAMEDI APRES MIDI

    La 3ème édition de la Grande Marche « La Révolution de Paris » devrait passer par Vanves aujourd’hui dans l’après midi. Un événement organisé par Hauts-de-Seine Tourisme dont il a été  fortement question hier à la séance plénière du Conseil Départemental des Hauts de Seine, en partenariat avec Val-de-Marne Tourisme et Seine-Saint-Denis Tourisme mais aussi les comités départementaux de la randonnée 92, 94 et 93, les Editions Wildproject et l'association La révolution de Paris. 

    L’année dernière cette balade urbaine de 15 kilomètres avait entraîné les adeptes de la marche  entre Montreuil et Créteil pour découvrir des villes du Grand Paris à travers des visites de lieux originaux, des rencontres d’artistes et des rendez-vous culturels, leur permettant d’arpenter les paysages urbains de la petite couronne parisienne. Comme en 2014,  entre Gennevilliers et Saint-Denis. Cette marche a été inspirée par un géographe-cartographe, Paul-Hervé Lavessière, et un éditeur-marcheur, Baptiste Lanaspeze, qui s’étaient  lancés, à pied, dans une boucle de 6 jours. De Saint-Denis à Versailles, en passant par Créteil, ils avaient rallié 37 communes de la petite couronne et du Grand Paris. Au fil des gares RER et des arrêts de bus, ils avaient exploré les chemins de traverse qui mènent vers les paysages urbains et périurbains. Ils ont écris un livre « La Révolution de Paris » publié en 2014, sur ce sentier métropolitain qui suit un tracé de 120 kilomètres et relie 3 capitales historiques du Grand Paris que sont Saint-Denis, Créteil et Versailles.

    Cette édition 2016 traversera les départements du Val-de-Marne et des Hauts-de-Seine, les villes de Vitry-sur-Seine, Villejuif, Kremlin-Bicêtre, Arcueil, Montrouge, Malakoff, Vanves et Issy-les-Moulineaux qui seront à l'honneur. Du Val-de-Marne ambiance Brooklyn aux premiers quartiers des Hauts-de-Seine, cette nouvelle randonnée urbaine explorera la vallée de la Bièvre, des forts de l'enceinte Thiers et des lieux de création alternatifs ou numériques comme Anis Gras à Arcueil, la maison des Arts à Malakoff ou Le Cube à Issy-les-Moulineaux. Elle arrivera dans l’après midi dans les Hauts de Seine , à Montrouge où les macheurs découvriront l'extérieur du Beffroi, ce bâtiment à l'architecture emblématique des années 30 et entendront peut-être retentir son carillon de 27 cloches ! Ils poursuivront vers Malakoff où La Maison des Arts, située dans une bâtisse du XVIIIe siècle, proposera une visite libre ou guidée. A Vanves, ils seront accueillis sur le parvis de l'église St Rémy par un duo de jazzmen et traverseront le parc Frédéric Pic. Enfin, à Issy-les-Moulineaux,  ils découvriront trois lieux emblématiques de la ville : Le Musée français de la Carte à jouer, le Séminaire Saint Sulpice qui forme des prêtres de l'Eglise Catholique depuis 1642, et l'exposition des Lauréats du Prix Cube à l'Espace Saint-Sauveur, ancienne chapelle du XIXe siècle.Une pause gourmande est même prévue à l'arrivée sur l'Esplanade d'Issy-les-Moulineaux, qui accueille le Salon des Terroirs