Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

amif - Page 4

  • MEDECINS A VANVES : UN GENERALISTE POUR 1500 VANVEENS

    Une seconde préoccupation pour nos élus et les pouvoirs publics est apparue durant cette trêve estivale : Elle concerne les médecins libéraux qui devrait donner l’occasion au Conseil Régional d’organiser le 10 Septembre prochain les premières rencontres médecins libéraux – élus territoriaux sur le théme : « Améliorer la santé de tous : se connaître pour agir ensemble ». La Région comme l’AMIF (Association des Maires d’Ile de France) et l’URML (Union Régionale des Medecins Libéraux) expliquent « que cette rencontre trouve son origne dans le constat partagé par les élus locaux comme par les médecins libéraux d’une connaissance insuffisante des enjeux, des intérêts et contraintes qu’induits le nouveau cadre institué par la loi relative à l’hôpital, aux Patients, à la Santé et aux territoires (HPST) dont la mise en poeuvre nous concerne tous autant que les autres ». Une rencontre qui intéresse beaucoup Bernard Gauducheau, maire et conseiller général. Et pour cause.

     

    Les prémices de cet intérêt réciproque, ont été posées par la publication, pour la première fois durant le printemps 2010, des atlas régionaux de la démographie médicale, par le conseil national de l’ordre, dont celui de l’Ile de France. Du coup, les élus régionaux se sont saisis de la question des médecins libéraux et notamment de leur présence dans nos communes et nos campagnes franciliennes. Or cet atlas fait bien apparaître une baisse de 0,7% de leur effectif dans notre région entre 2008 et 2009, avec 57 736 médecins. Cette baisse varie de – 0,2% dans les Hauts de Seine à – 5,1% dans le Val d’Oise. « D’ici 2030, l’effectif de généralistes diminuera de 20% et la densité par jhabitants chutera de 26% » prévoit l’UNRL

     

    Vanves connaît un très net déséquilibre entre le Plateau, le haut de Vanves,  et le centre historique et ses alentours, c‘est à dire le bas de notre commune : Il reste 1,5 médecins sur le plateau, car 2 sont partis du cabinet situé rue Ernest Laval, alors que cette partie de Vanves est la plus habitée. Par contre dans le bas de Vanves, ils sont plus nombreux, entre 7 à 10, sachant qu’au total, la mairie en a recensé 18 sur son site internet. Les raisons de ces départs et de ses non- remplacements sont simples : Le prix de la location (2000 € par mois) a dissuadé des jeunes médecins de les remplacer. A écouter ceux qui restent,  la surchage administrative notamment avec la sécurité sociale devient infernale, les prix de location sont disuassifs ainsi que les charges, et puis les jeunes médecins hésitent à sauter le pas en s’installant à leur compte,  préférant être salarié ou faire des remplacements. Ce que confirme l’atlas régional.

     

    Sur les 57 736 médecins recensés,  43 492 sont en activités régulières (-2,2%) en Ile de France. Ainsi la densité médicale est de 373 médecins pour 100 000 habitants (373,4 dans les Hauts de Seine). Ils se répartissent en 24 336 médecins généralistes (42%)  et  33 400 médecins spécialistes. Et 1867 font des remplacements, sachant qu’en 20 ans, l’effectif de ses remplaçants a augmenté de 258% (+370% dans les Hauts de Seine). Agés en moyenne de 35 ans, 60% sont des femmes.  Enfin, 1110 nouveaux médecins  (+9,7%) sont arrivés dans notre région en 2009 (995 en 2008) sachant qu’elle a enregistré une baisse de 38% de nouvelles inscriptions en 30 ans. Et pour confirmer les dires de nos médecins vanvéens, 76% des nouveaux préférent d’exercer en secteur salarié, 16% font des remplacements et 6% seulement s’installent en libéral (contre 9,4% au niveau national).

     

    Vanves a la chance de disposer ainsi de plus d’une dizaine de médecins généralistes même si leur nombre a diminué et qu’ils se répartissent inégalement sur notre territoire communale car prés de la moitié des communes franciliennes ne disposent pas de médecins généralistes  - elles sont généralement petits et ne rassemblent que 3% des franciliens - et près des trois quarts ne comptent aucun médecin spécialiste. La même analyse au niveau des cantons mlontre chaque canton franclien dispose au moins d’un généraliste (plus de 10 à Vanves) et seulement 19 n’en recensent aucun. A l’opposé certaines communes du centre de la Région capitale, notamment les arrondisements de l’ouest parisien , comptent plusieurs centaines de médecins ce qui peut représenter un médecin pour moins de 500 habitants, voire un médecin pour moins de 100 (Un medecin libéral pour 56 habitants dans le 8éme arrondissement). A Vanves, il y aurait 1 médecin généraliste pour 1500 à 2000 habitants.

     

    QUELQUES CHIFFRES : Les Hauts de Seine comptent tout d’abord  3380 médecins généralistes dont 2463 en activité régulière, 49 retraités actifs, 138 sans activités, 179 remplaçants. Ensuite 4347 médecins spécialistes dont 3336 en activités, 703 retraités, 121 retraités actifs, 73 sans activités et 114 remplaçants.

  • A VANVES, LENDEMAIN DE PENTECÖTE

    COUP DE SOLEIL MAIS PAS COUP DE BOULE

    Les participants au Challenge Lemel, ce week-end se reconnaissaient aujourd’hui par leur teint écarlate. Beaucoup ont pris des coups de soleil tant parmi les jeunes que les adultes qui les encadraient. Aux 18 équipes de débutants samedi, ont succédés 18 équipes de poussins et 8 équipes de benjamins qui se sont rencontrés pour ce tournoi durant toute la journée de Dimanche. Vanves est arrivé jusqu’à la finale pour les Benjamins, mais elle a été battue par Chevilly La Rue par 0 contre 1. Pour les poussins, pas de Vanves en finale. L’ambiance a été bonne tout au long de cette journée, les dirigeants de la section Football du Stade de Vanves y veillant de près et intervenant dés que le ton montait, n’acceptant pas des  paroles du genre « défoncez-les » surtout de la part d’encadrants. Ils regrettaient que les parents ne soient pas venus plus nombreux comme c’était le cas dans les précédentes éditions.  

     

    DISPARITION DU PRESIDENT DES MAIRES FRANCILIENS

    Claude Pernés (NC) maire de Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) depuis 1983 et président de l'AMIF (Association des Maires d’Ile de France) depuis 1995,  avec lequel Bernard Gauducheau a énormément travaillé sur le commerce au sein de cette instance,  est décédé dimanche matin de maladie à l'âge de 66 ans dans une clinique de la ville. Il était en quelque sorte, l’un des pères de cette région Ile de France prise entre le Grand Paris et le Grand Bassin Parisien, en portant sur les fonds baptismaux cette association qui a réussie à fédérer l’ensemble des 1281 maires franciliens,  en ayant lancé les assises et le salon de la nouvelle ville qui sont devenus début Avril un rendez-vous incontournable des maires franciliens et auquel il n’avait pu participer cette année, enfin en s’étant battu pour que les maires restent maître de leur destin dans le cadre de ce projet du Grand Paris, à travers Paris Métropole. Beaucoup de personnalités lui ont rendu hommage ses derniers heures des plus hautes instances de l’Etat jusqu’aux plus simples des 1281 maires franciliens, de la droite à la gauche, tous unanimes