Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

maires de vanves - Page 2

  • GAUDUCHEAU MAIRE DE VANVES DEPUIS 15 ANS : L’AVIS DE BORIS AMOROZ (FG/PC)

    Quinze ans après l’élection de Bernard  Gauducheau (UDI) comme maire,  qu’en est il ? Le Blog Vanves Au Quotidien continue à demandre leur avis à des élus et des ex-élus  de tous bords politiques (3 par tendances politiques) avec les réserves exprimées dans le blog du  16 Mars dernier.  C’est au tour de Boris Amoroz, conseiller municipal  (FG/PC)

     

    Vanves Au Quotidien - Que retenez-vous en bien ou en négatif de ces 15 ans ?

    Boris Amoroz : « On ne peut le nier, certaines choses ont été bien réalisées : l'entretien de la voirie, un certain nombre d'événements culturels de grande importance, comme Artdanthé ou le festival des musiques anciennes, qui pâtissent cependant aujourd'hui des coupes budgétaires. Malheureusement, d'autres points sont plutôt négatifs : je pense notamment au marché de Vanves, qui est en train de péricliter depuis que M.Gauducheau a décidé de lui faire réintégrer sa halle après des travaux a minima (après l'incendie de 2000), au début de son premier mandat. Je pense aux difficultés pour les Vanvéens, et plus généralement les Franciliens, de se loger à des prix raisonnables, les prix des loyers et du mètre-carré ayant explosé sur cette période. L'action des maires de droite dans le 92 n'y est pas pour rien. Je pense aussi aux fermetures de services publics, acceptées par M.Gauducheau (guichet SNCF, assurance-maladie…).

    VAQ - Ne faut-il pas se limiter à 2 mandats ?

    B.A. : « Par-delà les désaccords politiques, une certaine expérience et compétence sont nécessaires pour un mandat de maire, d'autant qu'il s'agit de plus en plus d'un travail de gestion courante, d'administratif. Mais ceci entraîne une professionnalisation du rôle politique, et donc une coupure avec les citoyens, un manque d'implication citoyenne.
    Au-delà de ses deux mandats de maire, il faut se souvenir que M.Gauducheau était déjà maire-adjoint de Vanves à l'éducation dès la fin des années 80 (j'étais alors écolier à la primaire Larmeroux). Aussi, je repense à ces choses disparues qu'étaient le bibliobus ou la cantine scolaire municipale. Mais un long enchaînement de mandats n'amène pas de nouvelles idées, de nouvelles ambitions. De plus, il est essentiel de limiter l’addition de mandats divers, car on ne peut efficacement les tenir tous. Un renouvellement est donc aussi nécessaire.

  • GAUDUCHEAU MAIRE DE VANVES DEPUIS 15 ANS : L’AVIS DE LUCILE SCHMID (EELV) : « Vanves l’audacieuse »

    Quinze ans après l’élection de Bernard  Gauducheau (UDI) comme maire,  qu’en est il ? Le Blog Vanves Au Quotidien continue à demander leur avis à des élus et des ex-élus  de tous bords politiques (3 par tendances politiques) avec les réserves exprimées dans le blog du  16 Mars dernier.  C’est au tour de Lucile Schmid, conseillère municipale EELV

    J’ai toujours connu Bernard Gauducheau comme maire de Vanves puisque je suis arrivée en septembre 2002. Il était élu depuis 18 mois. Ce qui me frappe c’est qu’en 15 ans le monde a beaucoup changé, et que Vanves est restée semblable. Cela fait partie d’un choix du mairequi favorise le côté petite ville, l’esprit village, le cocon. Ce qui le résume bien c’est quand il termine ses discours par « Vive Vanves. » Il y a de vrais bons côtés : les écoles sont bien, l’ambiance au conseil municipal est bonne, la ville a été plutôt embellie, il y a des aménagements favorables à l’écologie (jardins, vélos, circulation), la tranquillité règne. Avec le revers de la médaille, des choix qui favorisent les promoteurs immobiliers et moins de mixité sociale. Ce que je critiquerais surtout, ou plutôt, ce que je ferais différemment c’est de ne pas avoir pris plus de risques pour changer notre ville, et la faire connaître. Issy-les-moulineaux et Malakoff sont chacune à leur manière, plus visibles, identifiables. C’est pour cela que nous écologistes avions proposé dans notre programme municipal en 2014 d’imaginer Vanves en 2020 avec moins de voitures, des lieux d’accueil pour les associations, plus d’entreprises du numérique, plus de lieux de discussions et d’animation pour ces jeunes Vanvéens qui passent leur soirée à Paris.

  • GAUDUCHEAU MAIRE DEPUIS 15 ANS : L’AVIS D’ANNE LAURE MONDON (PS)

    Quinze ans après l’élection de Bernard  Gauducheau (UDI) comme maire,  qu’en est il. Le Blog Vanves Au Quotidien continue à demander leur avis à des élus et des ex-élus  de tous bords politiques (3 par tendances politiques) avec les réserves exprimées dans le blog du  16 Mars dernier.  C’est au tour de Anne Laure Mondon, président du groupe PS au conseil municipal (entre Nadége Azzaz et Philippe Dos Santos lors des Régionales) 

    Vanves Au Quotidien - Que retenez-vous en bien ou en négatif de ces 15 ans ?

    Anne Laure Mondon : « En tant qu’élue « minoritaire » je dois reconnaître que le dialogue est possible et constructif avec Bernard Gauducheau.  C’est un point positif qui mérite d’être souligné car il n’en est pas ainsi dans toutes les communes. Il sait écouter son opposition et nos échanges sont généralement très respectueux. Et c’est en faisant preuve d’écoute face aux élus de l’opposition de l’époque et à un collectif proposant une alternative à son projet d’origine qu’une des plus belles réalisations a pu voir le jour : l’espace Cabourg !

    Toutefois les choix politiques qui ont été les siens depuis plusieurs années ont engendré une baisse importante des marges de manœuvres et capacités financières de la Ville. Il l’a annoncé il y a quelques jours sur son blog, il proposera au Conseil municipal du 30 mars une hausse de la fiscalité de 3%. Hausse qu’il impute bien évidemment uniquement aux baisses des dotations de l’Etat et hausse de la péréquation.Mais cela fait plus de 3 ans qu’à chaque Débat d’Orientation Budgétaire et chaque vote du Budget nous pointons du doigt les effets qu’allaient inévitablement engendrer la hausse des emprunts et des charges financières qui ont diminué notre capacité d’autofinancement et d’épargne. Les dépenses ont été trop importantes par rapport aux recettes escomptées. Nous proposions depuis plusieurs années de se concentrer sur les actions prioritaires de la commune (enfance, petite enfance, jeunesse etc.) et de diminuer certaines dépenses notamment en matière de communication ! Demain la hausse des taxes foncières et d’habitation proviendra bien en grande partie de ses choix de gestion ! C’est un peu ma marotte mais il s’agit là d’une question importante !

    VAQ - N'est-ce pas trop long 15 ans ? Ne faut-il pas limiter les mandats des maires à deux ?

    A.L.M. : « Deux mandats sont pour moi nécessaires pour pouvoir mener à bien certains projets et avoir le temps de mettre en place et d’installer durablement certaines politiques. Lors des prochaines élections municipales de 2020, il aura siégé 19 ans… Sans nul doute il est nécessaire de pouvoir renouveler les instances quelles qu’elles soient, cela vaut à droite comme à gauche, pour insuffler de nouvelles visions et permettre aussi à la société civile de pouvoir s’investir sans penser que la gouvernance de la Cité ne peut être l’affaire que de quelques-uns. Après il y a la question du cumul des fonctions, et sur ce point il y a du pour et du contre. Certains cumuls sont légitimes et peuvent apporter un « plus » à la gestion de la Ville… Comme toujours la question est de trouver un juste milieu.