Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

boris amoroz (fgpc) conseiller municipal

  • CANTON DE VANVES/CLAMART : LENDEMAINS D’ELECTIONS HEUREUX ET MALHEUREUX

    « Je suis ravi du résultat, en particulier sur Vanves où on a fait un très beau score avec 56%, et à Clamat avec 60%, ce qui est important pour nous, parce que c’est l’amplification du résultat de l’année dernière en passant de 53,7% à 60,6%. C’est une confirmation magnifique sur tous les projets de la commune. »  réagissait Jean Didier Berger Dimanche soir au Conseil Général des Hauts de Seine où il s’était déplacé avec Isabelle Debré : « c’est grâce à eux, leur courage, leur bras, qu’on a gagnée » confiait elle en rendant hommage à son équipe qui l’entourait,  après avoir dédiée cette victoire à la présidente-fondatrice de l’Enfance Bleue  qui a disparue voilà peu comme elle l’avait fait lors de la proclamation des résultats à la mairie de Vanves quelques heures plus tôt, devant tous les candidats (vanvéens). Toute sa garde rapprochée était émue aux larmes, comme elle, lorsqu’elle a pris la parole sous des applaudissements nourris, et quelques uns timides, pas seulement du côté de la gauche. Elle avait d’ailleurs remerciée son opposition « pour la tenue de la campagne, sauf les trois derniers jours, avec le dernier tract et l’attitude inadmissible de Remi Carton dans le bureau de vote (de Larmeroux) »

    Beaucoup d’élus et militants UMP et UDI de Vanves s’étaient ensuite déplacés à la soirée électorale du Conseil Général,  dont Bernard Gauducheau bien sûr  - l’un d’entre eux qui a l’habitude tweeter n’a pas hésité à envoyer : « B.Gauducheau a fait un meilleur score au 1er tour l’année dernière » -  mais aussi quelques socialistes dont Jean Cyril Le Goff, conseiller municipal et Guillem Gervilla qui était sur la liste d’Antonio Dos Santos est maintenant conseiller parlementaire de Gérard Collomb maire PS de Lyon, les autres étant restés sur Vanves. Gabriel Attal, jeune conseiller municipal s’était fait remarqué dans la salle H.Darien, en arrivant, le cœur en fête, alors que les résultats des bureaux tombaient, en s’exclamant, devant les yeux équarquillés de ses colégues : « C’est bon, on a gardé l’Ardéche !». Et à ce moment là, on a entendu du fond de la salle « Et la Lozére aussi ! ».   Guy Janvier était extrêmement déçu : « Je pensais faire jeu égal avec Isabelle Debré sur Vanves, sachant que sur l’ensemble du canton, ce serait plus difficile. Mais je ne faisais pas d’illusion, car cela aurait été miraculeux si on avait réussi. Le score n’est pas si déshonorable que cela. Je constate qu’il y avait énormément de bulletin B&N, donc des gens qui ne se sont pas reconnus dans les deux candidats qui restaient en lice, de droite et de gauche » confiait il au blog en rendant hommage à Remi Carton « qui a été un partenaire extraordinaire dans la bagarre »

    LES REACTIONS 

    MAXIME GAGLIARDI DELEGUE UMP DE VANVES

    « Heureux bien évidemment du succès de dimanche soir sur Vanves car il est incarné par une femme d’une grande qualité et aux valeurs morales irréprochables. Isabelle Debré remporte sur Vanves une nette victoire face au leader naturel de la gauche locale - Maire pendant 6 ans et Conseiller Général depuis 2004 qui n’avait jamais perdu une élection cantonale.

    Isabelle Debré a gagné cette élection en réunissant la Droite et les Centres UDI, Modem. Ce rassemblement s’est fait autour d’une femme généreuse, attentive à tous, dont le moteur politique est le respect de l’autre. Cette victoire, c’est aussi une chance pour notre ville de voir ses dossiers avancer avec une efficacité encore plus grande » a réagit Maxime Gagliardi délégué UMP pour Vanves, qui a tenu «  à saluer la combativité de Guy Janvier et l’esprit au service des Vanvéens qui l’a toujours animé durant son mandat de Conseiller Général. Pour l’UMP, c’était la première campagne sous ses couleurs depuis sa fondation en 2002. Je pense donc à tous nos militants et adhérents qui se sont mobilisés sans compter autour de la candidature d’Isabelle Debré et du Président du Groupe UMP au Conseil Municipal, Bertrand Voisine, que je salue pour son engagement déterminant dans cette campagne. Enfin, puisqu’il s’agissait d’un binôme et d’un nouveau canton, félicitations à Jean-Didier Berger, Maire de Clamart, qui a confirmé sa victoire municipale de 2014. II a apporté son énergie, son talent et le souffle du renouveau pour parvenir à cet éclatant succès ».

    GUY JANVIER (PS) EX-CONSEILLER GENERAL DE VANVES

    Ces résultats nous interrogent sur la crédibilité des partis poltiques dans leur ensemble, pas uniquement du PS,  mais aussi de la droite. J’en retire, pour le PS qu’il va falloir que l’on tire des conclusions de tout cela à l’occasion du congrés du PS en Juin prochain. Je défends la « Cohérence socialiste » qui signifie que lorsqu’on fait des promesses, il faut les tenir, mais aussi que je défends F.Hollande et le gouvernement Valls, et que je me situe dans ceux qui veulent que le gouvernement socialiste réussisse. Je ne suis pas un frondeur ! Je vais continuer à me battre pour les idées et les convictions qui sont les miennes, avec honnêteté. Je ne retire absolument rien au tract  que nous avons sorti et qui expliquait les dix raisons de battre I.Debré et JD Berger. Je connais suffisamment les Hauts de Seine pour connaître et avoir eu affaire au systéme Pasqua-Balkany et cie. Si elle s’est sentie agressée, c’est malheureusement le systéme auquel elle appartient. Cela ne veut pas dire qu’on n’a pas aussi à se regarder dans la glace, avec Cahuzac qui est totalement condamnable. Il est de notre responsabilité de condamner ce qui ne va pas, à gauche comme à droite. Je ne retire rien aux arguments que j’ai utilisé en négatif et en positif. Mais cela fait toujours mal, lorsque c’est la vérité qui blesse. Je vais continuer à me battre. J’ai plein d’engagements associatifs, je vais m’occuper du SEL ( Systéme d’Echange Local) de Vanves, car il faut reconquérir les citoyens par l’association associative et citoyenne » 

    REMY CARTON REMPLACANT DU CANDIDAT PS

    « Heureux d’avoir pu passer de l’autre côté du miroir : Etre candidat. Si je devais résumer la campagne, je dirais que nous avons fait une campagne courageuse, là où on nous promettait l’échec. C’était le sens de « Réussir ». La certitude que la qualité du bilan et le sérieux d’un programme pouvaient déjouer tous les pronostics pessimistes dans le sens de l’intérêt général. Nos adversaires ont mené une campagne inverse, basée sur l’idée que le succés devait venir de la force de l’évidence annoncée. Le 1er tour leur a donné tort. Ils ont dit et répété qu’ils étaient le choix de l’efficacité, sans dire ou assumer que cette efficacité était celle de la casse des politiques sociales et du triomphe des projets ubuesques. Nous avons labouré le terrain, les 4 candidats ensemble, depuis des mois. Mon seul regret : le choix d’une frange marginale de l’appareil politique du Front de Gauche de bloquer par pure idéologie toute possibilité d’union des forces de l’opposition républicaine. Avoir pour maître-mot une lutte de classe absolue et absurde ne peut mener qu’à la victoire de la droite et faire perdre, pour de bon, tous ceux qui souffrent de tout espoir. Heureusement, les électeurs sont libres et ne s’arrêteront pas à la présence ou non de tel ou tel logo pour choisir ceux qui préfèrent défendre des personnes plutôt que  des politiques (municipales ou nationales) ».  

    BORIS AMOROZ CANDIDAT FG/PC

    « À l'issue du second tour des élections départementales, le Front de Gauche compte 176 conseillers départementaux en métropole, dont 167 PCF et apparentés. Le PCF et le Front de gauche sont donc la 3ème force politique en terme d'élus, derrière l'UMP-l'UDI, le PS, et loin devant le FN. Les résultats nationaux, départementaux et du canton montrent que les électrices et les électeurs expriment une nouvelle fois leur rejet de la politique du gouvernement, défendue par le Parti Socialiste et son organisation. Lois Macron, privatisations, destruction des services publics, baisse des dotations aux collectivités... sont clairement rejetés.
    Il est urgent de construire dans les luttes, dans l'action quotidienne et la solidarité concrète, dans le débat politique, une réponse politique neuve, clairement à gauche. Le résultat en progrès du Front de Gauche sur Vanves (6,21%) et nationalement (9,4% des voix au premier tour) ouvre à nouveau l'espoir, pour la construction d'un mouvement de gauche, alternatif, populaire. Dans notre département, avec 6 conseillers, le Front de Gauche reste de loin le premier groupe d'opposition au Conseil Départemental, face à une majorité
    UMP-UDI réactionnaire, incarnée ici par le maire de Clamart et la vice-présidente du Sénat.
    Le Val-de-Marne, que beaucoup de commentateurs de la vie politique annonçaient comme perdu pour la gauche, garde sa majorité et une présidence communiste. C'est une politique de progrès social au service de ses habitants qui est là confirmée dans les urnes. Malheureusement, dans les Hauts-de-Seine, c'est une politique inégalitaire et au bénéfice des plus fortunés qui continuera d'être appliquée.