Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ville de paris - Page 4

  • VANVES DANS L’ACTUALITE BRULANTE

    MOBILISATION POUR VENIR EN AIDE AU MAROC

    A l’exemple de nombreuses collectivités franciliennes, Vanves s’est mobilisé suite au séisme meurtrier qui a touché le Maroc voilà maintenant presque une semaine, son maire ayant réagi sur les réseaux sociaux apportant « son total soutien à nos amis marocains » et en ayant « une pensée particulière pour tous les Vanvéens ayant un lien particulier avec le Maroc » D’autant plus que des vanvéens étaient encore là bas en famille pour les vacances comme ce commerçant de la rue Victor Hugo qui y séjourne régulièrement - qui a donné des nouvelles rassurantes à ses voisins -  ou ont des proches là bas comme Vanv’En Poup place du Val (De Lattre de Tassigny) qui s‘est mobilisé de son côté.  À l’initiative de l'association vanvéenne Tous Ensemble, et en partenariat avec la Ville, une collecte de dons de matériels et financiers est organisée. La ville indiquait que l’espace Jean Monnet et l'espace Albert Gazier accueillent les Vanvéens désireux d’apporter leurs dons.

    La Métropole du Grand Paris dont fait partie Vanves devrait voter lors de son Bureau le 2 Octobre et de son conseil métropolitain le 12, une aide de 500 000 €. «Notre Métropole s’honorerait ainsi de soutenir le peuple marocain dans cette épreuve » a déclaré Patrick Ollier son  président. La Ville de Paris s'est engagé le 11 Septembre  à verser 500 000 € à l'Association internationale des Maires Francophones  (AIMF) afin que celle-ci puisse venir en aide aux régions sinistrées et à leurs habitants, et de répondre à leurs besoins immédiats, tout en accompagnant la reconstruction des collectivités touchées, en particulier Marrakech, membre du Bureau de l'AIMF. En complément de cette aide exceptionnelle, la Ville de Paris a invité tous les Parisiens qui souhaitent participer à l'acheminement d'une aide d'urgence à la population marocaine à faire un don aux associations et organisations humanitaires.

    Dans le cadre des relations d’amitié franco-marocaines, les sept Services publics urbains du Grand Paris auquel adhère vanves, comme le SEDIF présidé par André Santini, ont annoncés qu’ils se tiennent à la disposition des autorités marocaines et de leurs partenaires qui auront la responsabilité importante de la reconstruction : « Au-delà de l’assistance immédiate requise dans le cadre de la gestion de l’urgence, l’expertise de chacun de nos syndicats pourra également être apportée au long des différentes étapes de la reconstruction que ce soit en: eau potable, assainissement, traitement et valorisation des déchets, fourniture en gaz, en énergie électrique, photovoltaïque et solaire, réseaux numériques, soutien à l’étiage et prévention des inondations»

    TOURNAGE A COTE DE VANVES DE «DE GAULLE»

    Les riverains comme les piétions ou les automobilistes qui empruntent la rue du Septembre (sur la photo), ont été surpris au début de la semaine par la neutralisation des places de stationnement pour permettre à une floppée de camions de tournages  de pouvoir stationner depuis mercredi. Car les équipes de tournage de «France libre », titre provisoire donné au biopic sur le général de Gaulle, s’étaient installé dans la copropriété Matrat-Voisembert pour tourner quelques scénes dans un appartement , après avoir aussi tourné dans paris, notamment placedu Panthéon. A priori, le film sortira sur grand écran d’ici 2025. Et suivra la vie et l’engagement politique de De Gaulle entre 1940 et 1945, en retraçant son évolution vers une carrière politique. Le général de Gaulle est  incarné par l’acteur français Simon Abkarian.. Le film est réalisé par Antonin Baudry

  • VANVES EST AUX PORTES DE L’AVIATION AVEC L’HELIPORT D’ISSY LES MOULINEAUX MENACE DE FERMETURE

    Le Salon international de l’aviation au Bourget  qui se déroule cette semaine, est l’occasion de rappeler que Vanves est à deux pas du berceau de l’aviation, avec cet héliport d’Issy les Moulineaux : Un ex-champ de manœuvre devenu la Plaine Vaugirard lorsque Paris a acheté et non annexé comme aiment bien le raconter les élus isséens, ce bout d’Issy où Farman a réussit le premier vol en circuit fermé de 1 km… et où maintenant des vanvéens viennent profiter de l’Aquaboulevard avec ces cinémas, de sa plaine sportive, ou de son parc Suzanne Lenglen  pour courir ou jouer au tennis. 

    L’héliport actuel n’est qu’un avatar de ce qui s’est passé sur ce vaste champ de manœuvre utilisé au début du XXéme siécle par les pionniers de l’aviation qui expliquent la présence des ailes dans les armoiries de la commune d’Issy les Moulineaux. Les « faucheurs de marguerites » l’avaient choisi, entre 1906 et 1924 pour faire leurs essais. Henry Farman réussit le 13 Janvier 1908, le premier kilométre en circuit fermé sur ce terrain qui a vu, par la suite, le premier courrier de France relier Issy à Deauville en 1911 sans compter les départs et les arrivées de nombreux raids. Les constrcteurs comme les Fréres Voisins, ne s’étaient pas trompés en installant leurs hangars le long de ce champ de manœuvre et de la rue Guynemer, occupés par la suite par des industriels comme Valéo ou Thomson jusqu’aux années 1980/90, avant que ne s’installant les immeubles de bureaux séparés par la rue du Colonel Avia d’HLM de la Ville de Paris, de l’Aquaboulevard et de l’hôtel. 

    L’époque glorieuse de ce terrain envahi par les parisiens les jours de de grandes compétition, prit fin avec la guerre 1914-18, redevant un champ de manœuvre dont les responsables de la ville de Paris s’étaient rendu compte de son importance stratégique. Ils l’achetèrent à la ville d’Issy les Moulineaux contrairement à ce que ses élus ont essayé de faire croire en parlant d’annexion, car ils jouaient sur les mots et les dates.

    Peut être grâce à cela, les vanvéens comme les isséens l’ont échappé belle, car ils auraient peut être connu les affres des riverains d’Orly et de Roissy. Car ce terrain a suscité de nombreux projets entre les deux guerres : Le publiciste Jean-Abel Lefranc avait imaginé un aéroport international qui a été vite abandonné grâce aux progrès rapides de l’aviation, puis éclipsé par des projets de villes futuristes. Les architectes Faurre-Dujanic et Henri Losier ont proposé de construire une tour de 2000 m de haut, une sorte de colonne de 240 m de diamétre au sol et de 40 m au sommet supportant 3 plates-formes tronçoniques de taille décroissante. Leur collégue L.J Madeline et un groupe d’industriels de l’acier proposéront  le plan d’un gigantesque parc des expositioons avec une toiture de 12 ha sur laquelle auraient pu atterrir des avions. Preuve que le projet de la Tour Triangle, le long de l’avenue Ernest Renan entre les deux parties du parc des Expositions de la porte de Versailles n’est pas le premier sorti de l’imagination fertile des architectes.

    Mais revenons à l’histoire de l’aviation, car le 18 Avril 1924, le premier véritable vol et record en hélicoptère a été réalisé sur ce terrain par l’Italien Raoul Peturas Pescura, marquis de Casteluccio qui a élevé son appareil de 736 m. Quelques années plus tard, un héliport faisait son apparition grâce à la compagnie belge « Sabena » qui a tenté d’exploiter une ligne régulière entre Paris et Beruxelles, mais sans succés. De nombreuses années plus tard, cet héliport était surtout utlisé par l’armée, le Glam pour le transport des personnalités. Rappelez-vous la photo du Général de Gaulle en 1968 dans cet héliport partant pour Baden-Baden, ou du pape Jean Paul II que sont venus applaudir des isséens et des vanvéens lors de sa première visite en France en 1980 lorsqu’il rejoignait le Bourget pour une grande messe en plein air avant de revenir au Séminaire Saint Sulpice d’Issy Les Moulineaux.

    Mais depuis l’arrivée des socialistes à la tête de la mairie de Paris cet héliport est menacé de fermeture partielle. Ses 7 hectares appartenant à la mairie de Paris et exploité par le groupe Aéroports de Paris (ADP) fait  l’objet d’une concession qui touche à sa fin en 2024 et la Ville de Paris ne souhaite pas la renouveler car il engangre d’importantes nuisances sonores. Elle a le projet de la création « d'une cité fertile qui sera un démonstrateur et un lieu d'expérimentation d'une ville durable et agricole », Mais elle se heurte à une opposition qui au sein de la commission consultative de l'environnement de l’héliport rassemblant des représentants professionnels, des associations et des représentants d'administrations. «Il est essentiel qu'une région capitale comme la nôtre bénéficie d'une infrastructure aéroportuaire comme l'héliport pour des missions de service public comme l'acheminement des secours, mais aussi pour répondre à des besoins régaliens en situation de crise» affirmait on du côté d'Issy-les-Moulineaux en expliquant que le trafic aérien a déjà considérablement diminué. « En 1989, il y avait 32.000 mouvements (atterrissage et décollage) par an sur l'héliport. Aujourd'hui nous ne sommes plus qu'à 10.000 ». Son maire a d’ailleurs marqué un point en obtenant en 2022 le soutien de la préfecture de Région pour son maintien et surtout pour rebaptiser cet héliport du nom du médecin général Valérie André lors de la journée internationale des droits de la femme. 

    Une victoire pour ce «site pionnier de l’aviation». D’autant que « l’affectation initiale de l’héliport est militaire, et l’est toujours en partie aujourd’hui. Et le contexte actuel conforte cette justification »

     

  • ET POURQUOI PAS UN BARBECUE EN LIBRE SERVICE A VANVES

    Pourquoi Vanves ne s’inspirait elle, à l’exemple de Nantes, Rennes, Grenoble, et dernièrement Paris, pour mettre en place des barbecues électriques partagés dans certains espaces verts. Avec l’arrivée des beaux jours, il est de coutume de ressortir son appareil à grillade. Mais  les barbecues sont interdits dans l’espace public à Vanves comme dans les communes franciliennes et rares sont les habitants à disposer de jardins.  

    Ainsi la mairie de Paris a décidé, pour endiguer les barbecues sauvages qui entrainent interventions policières et troubles du voisinage,  de mettre en place une expérimentation de barbecues électriques en libre-service dans certains parcs et jardins du 18e arrondissement de Paris, avec l’idée, d’accompagner cette mise en place avec par des associations, et pourquoi pas, par des organismes comme  l’Escal dans le cadre de ses activités jeunesse à Vanves. D’autant plus qu’il est fort possible de certaines jeunes vanvéens l’aient peut être déjà proposé.

    En tous les cas à Paris l’idée vient aussi des jeunes du 18e arrondissement qui devrait être intégrer au travail de mise en place. En attendant n’oubliez pas qu’en Juillet/Août chaque Mercredi, à partir de 19H30/20H, la maison paroissiale Saint Remy organise ses «barbecues de l’été», ouvert à tous, à condition d’apporter sa contribution bien sûr. Sans parler de la fête des voisins qui a vu, cette année, des barbecues party se dérouler dans une rue privatisée (avec les autorisations municipales bien sûr) le temps d’une soirée.